Florian Philippot, président des Patriotes et cheville ouvrière du mouvement anti-pass sanitaire, était notre invité ce dimanche à la mi-journée. Il a salué les manifestations de la veille et s’en est pris à un “esprit de séparation”, visible d’après lui derrière le principe du pass sanitaire.

“La manifestation à laquelle j’ai participé et que j’organisais à Paris était d’un calme olympien, magnifique de bonne humeur, de mobilisation, de courage”, a affirmé l’ex-vice-président du Front national, qui a enchaîné en louant “des dizaines de milliers de personnes (15.000 personnes à Paris selon le décompte du ministère de l’Intérieur, NDLR) qui manifestaient, défilaient, de tous âges et de tous milieux sociaux, qui étaient là pour défendre des belles valeurs attaquées par cette loi terrible: la valeur de liberté, d’égalité des droits contre une sociéété de séparation, d’apartheid, de discrimination”.

“Une loi va séparer les gens selon leur statut vaccinal, leur statut sérologique… Mais on est où, là ?” a-t-il interrogé à la cantonnade, avant d’exposer: “On parle de prendre un café en terrasse, on parle d’élèves dont monsieur Blanquer, ministre de l’Education nationale, a dit que pour certains ils seront évincés des cours ! (…) Ils resteront chez eux, auront les cours à distance, comme si d’ailleurs c’était faisable.”