François Asselineau sur l’échec du « nouvel ordre mondial »

Pour ce nouveau numéro du Samedi Politique sur TVL, François Asselineau dresse un constat accablant des temps actuels. Tout d’abord un grand merci à YouTube (propriété de l’américain Google) qui nous renvoie à l’américain Wikipedia pour la définition de l’expression « nouvel ordre mondial » : « formule utilisée pour désigner plusieurs théories du complot. Elles allèguent un projet de domination planétaire que mèneraient des institutions démocratiques, des organisations non gouvernementales ou des régimes totalitaires. »

Du côté de la politique nationale, le président de l’UPR revient sur le futur texte de loi Immigration et cloue au pilori les prétendues positions de fermeté du gouvernement. Il étrille également ce paradoxe du pouvoir politique qui se targue de vouloir enrayer l’immigration clandestine en donnant libre cours aux financements des associations immigrationnistes telle SOS Méditerranée, propriétaire du Ocean Viking.

L’actualité française est en outre marquée par la crise énergétique engendrée par le sabotage au long cours de l’industrie du nucléaire et aggravée par les sanctions contre la Russie décidées par Ursula von der Leyen. Un domaine où l’UE et la France en particulier ont agi contre leurs intérêts mais pour le plus grand bien des Etats-Unis qui vendent désormais pétrole et gaz obtenus par la polluante fracturation hydraulique. Le voyage officiel d’Emmanuel Macron a d’ailleurs démontré une nouvelle fois la relation de vassal à l’égard d’un Oncle Sam qui mène encore son ordre mondial, comme le conflit ukrainien et l’omniprésence de l’OTAN en témoignent.

François Asselineau évoque également les imbrications du scandale de FTX et Sam Bankman Fried — tranquillement installé aux Bahamas — avec le parti démocrate américain et le gouvernement ukrainien de Volodymyr Zelensky.

 

Sourcelemediaen442