FILE- In this March 31, 2015 aerial photo, the wake of a supply vessel heading towards a working platform crosses over an oil sheen drifting from the site of the former Taylor Energy oil rig in the Gulf of Mexico, off the coast of Louisiana. Federal officials say they have found fresh evidence of an “ongoing oil release” at the site of a 13-year-old oil leak in the Gulf of Mexico, where chronic sheens often stretch for miles off Louisiana’s coast. In a court filing Friday, Dec. 15, 2017, government attorneys said recent surveys revealed two plumes of oil and gas flowing from where an underwater mudslide during Hurricane Ivan in 2004 toppled an offshore platform and buried the cluster of wells owned by Taylor Energy Corp. The company claims there is no evidence that oil is still leaking from its unplugged wells on the seafloor. (AP Photo/Gerald Herbert, File)
in

Golfe du Mexique : 17 000 litres de pétrole s’échappent chaque jour d’une plate-forme depuis quinze ans

C’est une catastrophe environnementale qui dure depuis bientôt quinze ans. En septembre 2004, l’ouragan Ivan dévaste le golfe du Mexique. Sous le niveau de la mer, d’immenses glissements de terrain se produisent. La plate-forme pétrolière 23051, installée à vingt kilomètres des côtes de Louisiane, est détruite. Son propriétaire, Taylor Energy, tente de colmater les fuites. Sur vingt-huit têtes de forage, d’où s’échappe le pétrole, six sont bouchées en un an. Mais les ouragans Katrina et Rita, en 2005, mettent un terme prématuré aux tentatives de colmatage.

Inutile de s’inquiéter, argue Taylor Energy, qui combat devant les tribunaux une ordonnance fédérale lui intimant l’ordre de poursuivre les opérations de colmatage. Seuls « quinze litres de pétrole » sont déversés chaque jour dans l’immense golfe du Mexique et ces derniers proviennent davantage d’un processus naturel, la sédimentation, que d’une éventuelle fuite, affirment des cadres de l’entreprise au New York Times.

1 000 fois plus de pétrole rejeté quotidiennement

Un rapport de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), publié lundi 24 juin, vient toutefois de faire voler en éclats le récit de Taylor Energy. Selon l’agence fédérale, la plate-forme laisse échapper jusqu’à 17 000 litres de pétrole quotidiennement et ce depuis quinze ans –, soit plus de 1 000 fois l’estimation donnée par la compagnie de forage.

Par ailleurs, « bien qu’il soit possible que les sédiments fortement mazoutés (…) puissent contribuer au pétrole rejeté dans l’eau, la nature chimique et le volume de pétrole mesuré empêchent les sédiments d’être la principale source du pétrole retrouvé actuellement dans le milieu marin », indique le rapport.

Taylor Energy a fait savoir, dans un communiqué relayé par le New York Times, qu’elle n’avait pas été en mesure d’étudier les données publiées dans le rapport et qu’elle voulait « des données scientifiques vérifiables sur la fuite, ainsi qu’une solution scientifiquement et écologiquement valable », jetant implicitement le doute sur le caractère objectif des travaux de la NOAA. Les estimations produites par cette étude sont, cependant, bien moindres que celles données l’an dernier par des experts de la Cour fédérale, note le quotidien américain. Selon ces derniers, entre 37 000 et 113 000 litres s’écoulaient quotidiennement des puits.

Trump en faveur des forages

Cette étude intervient alors que l’administration de Trump s’efforce de faire reculer un important règlement de sécurité en matière de forage en mer, mis en place par l’administration Obama après l’explosion de Deepwater Horizon en 2010 dans le golfe du Mexique. Cette catastrophe, la pire marée noire de l’histoire des Etats-Unis, a tué onze personnes et a déversé environ 4,9 millions de barils de brut dans la mer.

L’administration Trump a également pris des mesures pour étendre considérablement le forage en mer dans les eaux américaines. En 2018, le ministère de l’intérieur a proposé d’ouvrir presque tout le littoral du pays au forage. Ce projet n’est, cependant, pas encore appliqué, car il a été retardé en attendant que les contestations judiciaires soient réglées.

Le déversement de Taylor Energy était resté largement en dehors des projecteurs jusqu’à ce que les chercheurs qui surveillent les images satellitaires de la zone Deepwater Horizon remarquent « des nappes d’hydrocarbures persistantes qui ne semblaient pas liées au déversement de 2010 », affirme le rapport de la NOAA.

Via : lemonde