in ,

Grève : nous avons passé dix jours avec les cheminots

Présents depuis le début des manifestations parisiennes contre la loi travail et du mouvement Nuit Debout Place de la République, une petite partie des cheminots franciliens sera rejointe par les autres le 31 mai dans leur grève reconductible contre le décret socle, leur “équivalent” de la loi travail. Dix jours durant, nous avons souhaité nous immerger dans leur mouvement afin de mieux comprendre ce qui les anime et comment ils mènent leur lutte. Récit et témoignages.

C’est une manifestation qui n’a rien de celles qu’on vit ces derniers temps en France : deux voitures de police en tout et pour tout, une musique entraînante et militante et une ambiance à la fête. Nous sommes le 18 mai 2016 à Paris et nous faisons le parcours Gare de l’Est – Gare Saint-Lazare aux côtés des cheminots. Leur lutte se veut pacifique mais déterminée. Pas de violence, juste de la désobéissance civile à la fin de la manifestation lorsque certains s’écrient “Et la gare elle est à qui ? Elle est à nous !” avant de se rendre massivement sur les voies, bloquer quelques trains sur le départ et faire remarquer le mouvement.

Certains ont déjà lancé la grève depuis la veille au soir. “Ça n’est pas facile car nous sommes les premiers, nous ne sommes pas encore nombreux, mais nous voulons que quelque chose se passe. J’ai dû batailler auprès de ma femme pour pouvoir partir en grève avant tout le monde car celle-ci a un coût : un mois de grève c’est un mois sans salaire, nous allons nous serrer la ceinture dans la famille, mais ma compagne comprend parce qu’elle n’a pas la chance de pouvoir faire grève. Elle sait que nous nous battons aussi pour ses intérêts.” Très vite, on comprend à leur contact que faire grève est un sacrifice pour le travailleur. Autant dire que les raisons que les poussent à se mobiliser sont, à leurs yeux, de haute importance.

01_greve_cheminots

Manifestations, grève, présence ponctuelle au sein du mouvement Nuit Debout : dans leur combat contre le décret socle qui les concerne spécifiquement, les cheminots rejoignent aussi les 70% de français opposés à la loi travail et s’engagent. “Plusieurs choses nous animent. » nous confie un cheminot. « La première, c’est le décret socle qui vise une production et une flexibilité accrues au détriment de nos conditions de travail et de notre vie de famille : des repos en moins, une augmentation des heures de travail, et une prise de service qui peut être modifiée une heure avant. Lorsqu’on touche à nos conditions de travail, cela nous impacte certes nous, mais pas seulement. La préoccupation première qui en découle, c’est la sécurité, certains d’entre nous luttent pour cela depuis plusieurs années. Lorsque vous réduisez les effectifs dans une entreprise, que les équipes ne sont pas assez fournies et les salariés sous pression, vous prenez des risques pour ces salariés. Chez nous, les risques s’étendent aux usagers. Certaines catastrophes ferroviaires auraient pu être évitées si les agents de terrain avaient été assez nombreux et que tous les contrôles pouvaient se faire normalement. Nous ne voulons pas continuer à prendre cette responsabilité. Dans le secteur privé, les heures de travail sont plus soutenues, mais les accidents plus nombreux. Les français savent-ils que l’on sacrifie chaque année un peu plus la sécurité au nom de plus de croissance ? La SNCF est rentable et n’a pas vocation à faire du profit, elle doit avant tout assurer un service public dans les meilleures conditions.”

07_greve_cheminots

Au hasard de nos rencontres, une autre personne témoigne de leurs inquiétudes : “Les métiers que nous faisons sont difficiles, ils comportent une pression en terme de sécurité, des horaires décousus qui n’aident pas la vie de famille. Le temps libre que nous avons est précieux, c’est grâce aux activités et engagements que nous prenons à côté que nous tenons sur la longueur.” Un troisième témoignage vient étayer ce propos, toujours dans une bonne humeur tellement rare dans les images les plus médiatisées : “Les français, ce sont aussi pour eux que nous luttons. Nous savons que nous avons un pouvoir de blocage que d’autres n’ont pas, nous avons une responsabilité en ce sens pour aider au retrait de la loi travail”.

06_greve_cheminots

Il faut dire qu’en terme d’entrain, les cheminots s’y connaissent. Pour faire vivre leur mouvement, d’une gare à l’autre et parfois toutes les gares ensemble, ils sont un nombre plus ou moins grand à être mobilisés du matin à tard le soir : impression de tracts, comités de grève, assemblées générales, barbecues (socialiser autour d’un bon repas faisant partie intégrante du mouvement social, on y rencontre d’ailleurs des gens d’univers différents venus rejoindre les cheminots) et autres actions de visibilité. Contrairement au message unique qu’il est possible d’entendre chez les grands éditorialistes, ce ne sont pas seulement les syndicats qui ont lancé le mouvement, mais aussi de nombreux salariés lambdas : syndiqués et non syndiqués ont uni leurs forces pour donner du poids à la mobilisation. Le rejet de cette loi dépasse définitivement le cercle des habitués de la lutte.

Lors de la manifestation contre la loi travail du 26 mai, ils n’ont d’ailleurs pas manqué de se faire remarquer. En tête de cortège, loin des syndicats, ils étaient plus d’une centaine à mettre l’ambiance avec leurs torches à flammes rouges, leurs banderoles, leurs combinaisons blanches “cheminot = sécurité” et leurs slogans chantonnés en boucle “Guillaume Pépi au RMI, Pierre Gattaz au RSA”. De même le lundi 30 mai à sept heures du matin, ils ont attiré les regards des usagers lors d’une action à la gare de Paris Montparnasse avec des étudiants et hospitaliers : des corps gisaient sur le sol à la sortie du train, les voyageurs devant les enjamber. Une manière d’interpeller sur les problèmes de sécurité découlant des lois et décrets.

04_greve_cheminots

Ce mercredi, leur action devrait entrer dans un nouveau tournant puisqu’ils seront, sauf décision contraire, rejoint dans leur grève reconductible illimitée par la majorité des organisations syndicales. Ceux qui affichent “présents” depuis le début se réjouissent et sont heureux de voir que même en petit nombre, ils ont réussi à créer l’étincelle, lancer et maintenir le mouvement. Si vous souhaitez vous aussi les rejoindre, vous pouvez participer à leurs évènements annoncés sur le groupe facebook “cheminots en lutte” ou contribuer à leurs cagnottes qui circulent dans les manifestations (et même sur internet pour certaines).

Quant à nous, de nos dix jours en plein cœur du mouvement, nous retiendrons cette solidarité sincère qui règne lorsque les cheminots se rassemblent en oubliant toute couleur syndicale, loin des jugements et des étiquettes, pour se battre main dans la main, sans relâche, avec créativité, et engagement.

03_greve_cheminots

https://mrmondialisation.org/nous-avons-passe-dix-jours-avec-les-cheminots/