Guerre en Ukraine : La télévision d’État russe déclare que le conflit « s’est déjà transformé en troisième Guerre mondiale »

Après la destruction du vaisseau amiral de la flotte de la mer Noire, le Moskva, la Russie est sous le choc. L’une des présentatrices d’une émission de la télévision d’Etat a affirmé en pleine émission que la guerre en Ukraine s’était transformée en une guerre contre l’OTAN.

Olga Skabeyeva, fervente partisane du chef du Kremlin et clairement favorable à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a insisté ce jeudi sur le fait que Moscou était désormais en guerre contre l’OTAN. Pour elle, le naufrage du croiseur Moskva dans la mer Noire signifie que « l’opération militaire spéciale » de Poutine, lancée en février avait atteint un nouveau niveau.

La majorité de la population russe n’a plus accès qu’aux médias russes, dont la plupart se font les porte-parole de la propagande du Kremlin.

Olga Skabeyeva est justement l’une des propagandistes phares de la télé publique russe, pro Poutine. La présentatrice de Russie 1 a déclaré que « la Russie se bat désormais non seulement contre les armes fournies par l’OTAN, mais aussi contre l’alliance elle-même ».

Et d’ajouter que le soutien occidental à l’Ukraine équivalait à un conflit direct avec la Russie, déclarant: « l’escalade que nous voyons peut certainement être appelée la troisième guerre mondiale ». C’est tout à fait sûr ».

Les responsables russes ont refusé de reconnaître les affirmations de Kiev selon lesquelles le navire Moskva avait été coulé par des missiles de croisière ukrainiens, une opération qui serait l’un des plus grands succès militaires depuis le début de l’invasion.

Mais les revendications de Kiev suffisent à provoquer la colère de Moscou. Le ton agressif et belliqueux des intervenants dans cette émission télé témoigne du changement de politique et de vision des Russes vis-à-vis de l’Ukraine et de l’Occident. Un invité de l’émission a même comparé le naufrage du Moskva à une attaque sur le sol russe.

Les bombardements essuyés cette nuit sur la capitale ukrainienne, frappée par des roquettes après plusieurs jours de trêve, traduiraient en tout cas la première réponse de Vladimir Poutine qui veut se venger de la destruction du navire Mosvka.

Contre un adversaire qui n’a pratiquement pas de force navale, la Russie perd non seulement le navire amiral de la flotte de la mer Noire, mais aussi un navire du nom de sa capitale, bras armé des attaques de missiles dans la région. Un sérieux coup porté à l’Armée russe et qui pourrait être lourd de conséquences.

Source : l’indépendant

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

« Un quinquennat du mépris » : Fabrice Di Vizio s’exprime sur Emmanuel Macron

Escalade : Les Russes lancent un avertissement aux États-Unis