in

Huawei lance son propre système d’exploitation pour remplacer Android

Huawei a officiellement annoncé HarmonyOS, son propre système d’exploitation développé pour atténuer sa dépendance à Android. Menacé de perdre son accès au système d’exploitation mobile de Google en raison des sanctions commerciales américaines, le géant chinois a présenté les grandes lignes de son OS maison ce vendredi 9 août à l’occasion de sa conférence dédiée aux développeurs organisée à Dongguan, en Chine.

Baptisé HongMeng OS en Chine et HarmonyOS dans le reste du monde, ce système d’exploitation polyvalent a vocation à interconnecter tous les types d’appareils de l’Internet des objets. Déployé en Chine d’ici la fin de l’année, HarmonyOS sera d’abord intégré à des produits domestiques comme des téléviseurs intelligents avant de débarquer sur d’autre types d’appareils, comme les systèmes pour automobiles, les enceintes intelligentes ou les montres connectées.

Egaler et même dépasser Android

Autant dire que l’OS maison de Huawei entend égaler, voire dépasser, le système d’exploitation mobile de Google. « HarmonyOS est complètement différent d’Android et d’iOS », a ainsi fait savoir Richard Yulors de la conférence des développeurs du constructeur chinois.

« Il s’agit d’un système d’exploitation distribué basé sur un micro-noyau qui offre une expérience fluide dans tous les scénarios. Il dispose d’une architecture fiable et sécurisée et prend en charge une collaboration transparente entre les périphériques », a ainsi vanté l’homme fort de Huawei, qui a précisé que l’OS sera dans un premier temps dédié aux montres et écrans connectés, ou encore aux systèmes embarqués et aux enceintes connectées, avant d’être potentiellement déployé sur les smartphones de Huawei ou de sa filiale Honor dans un second temps, en cas de rupture des relations avec Google.

A noter que l’OS mobile maison de Huawei, qui sera bien Open Source, ne devrait pas comprendre d’accès root, au contraire de ce qui se fait sous Android. Une décision justifiée par Huawei par des impératifs de renforcement de la sécurité. Outre une sécurité renforcée, la présence d’un micro-noyau devrait permettre, selon le constructeur chinois, de s’assurer de performances théoriques supérieures à celles fournies par Android et d’autres systèmes d’exploitation basés sur Linux.

Avec sa pile de protocole simplifiée à l’extrême pour diminuer ses délais de latences et bardé d’un « moteur de latence déterministe » différent du système Android, basé pour sa part sur les mécanisme de planification des noyaux Linux, Harmony OS revendique ainsi une amélioration de son délai de latence de 25,7 %, selon des chiffres livrés par le site spécialisé XDA Developers.

Une bêta publique à compter du mois de septembre

Le milliardaire Jeffrey Epstein retrouvé mort dans sa cellule

Heurts entre policiers israéliens et Palestiniens sur l’esplanade des Mosquées