Igor Kirillov, général russe : « Les États-Unis et l’Otan préparent une attaque chimique ou nucléaire pour accuser la Russie »

Igor Kirillov, commandant de la Force de protection chimique et biologique des forces armées russes, a déclaré que l’Occident envisageait d’utiliser des armes de destruction massive en Ukraine pour accuser la Russie et l’isoler. Sur la base de ce rapport, il est indiqué que les États-Unis et les pays de l’Otan explorent trois options provocatrices, notamment l’utilisation efficace d’armes chimiques, d’armes biologiques ou d’armes nucléaires en Ukraine.

Habitués et passés experts des opérations sous faux drapeau comme en Irak, les États-Unis et l’Otan ont un objectif bien précis : accuser la Russie d’utiliser des armes prohibées, afin de l’isoler économiquement et politiquement, en l’excluant des organisations internationales telles que le Conseil de sécurité de l’Onu. Se référant aux « déclarations provocatrices régulièrement émises en mars et avril par les dirigeants des pays occidentaux concernant le danger de l’utilisation par la Russie d’armes de destruction massive« , Igor Kirilov a fait remarquer : « Nous attirons votre attention sur le fait que ce sont les États-Unis qui ont déjà utilisé ces projets plus d’une fois pour atteindre des objectifs politiques ».

« Le 21 avril 2022, un drone ukrainien a largué un conteneur avec des ampoules sur un site des forces russes. Une fois détruit, il était prévu qu’une réaction chimique se produise qui provoquerait une explosion et un incendie avec la libération de substances toxiques ne figurant pas sur les listes établies par les accords. » Selon Igor Kirillov, le contenu des ampoules est analysé chimiquement dans le laboratoire 27 du Centre scientifique du ministère russe de la Défense, accrédité par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques . « Les résultats de l’analyse seront envoyés à son secrétariat technique, selon les procédures établies. »

Source

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La Russie met en garde contre le danger « réel » d’une troisième guerre mondiale

Vers un suicide collectif de l’Europe ?