in

Il s’est désolidarisé de Hold-Up : rappel sur Philippe Douste-Blazy

Si certains ont pu croire un temps que Philippe Douste-Blazy était un honnête défenseur du professeur Raoult et de tout ce qu’il représente, son retournement à propos de sa participation au film Hold-Up tend à confirmer ce que d’autres pressentaient : l’ancien ministre de la Santé n’est qu’un agent envoyé par l’oligarchie pour encadrer la contestation populaire vis-à-vis de la fausse pandémie du covid-19, à l’instar de deux autres personnalités, Bernard-Henri Lévy et Christian Estrosi…

Il suffit de revisiter le C.V. de Philippe Douste-Blazy pour s’en convaincre : à l’échelon national, ce cofondateur de l’UMP rallié à Emmanuel Macron en 2017 est un épigone de la droite libérale ; à l’international, cet ancien ministre de la Culture parachuté aux Affaires étrangères (les fonctionnaires du Quai d’Orsay s’en souviennent encore) est un adepte de la « diplomatie humanitaire » tendance atlanto-sioniste (comme son « successeur » Bernard Kouchner)…

Surtout, ses liens avec Bill Clinton et Bill Gates le rapprochent dangereusement du réseau de manipulation de Jeffrey Epstein : le cardiologue de formation est en effet en partenariat avec les deux Bill au sein du conseil d’administration de l’organisation Unitaid, un « fonds » ayant pour but le « financement innovant d’achats de médicaments par une taxe prélevée sur les billets d’avion ». Une taxe publique donc, qui finissait dans les caisses de… la Fondation Clinton ! Fondation également financée par Gates et Epstein.

La Fondation Clinton, qui est officiellement une ONG à but « humanitaire », a notamment fourni de nombreux « sujets de travail » à Bill Clinton (lutte contre le VIH, développement économique de l’Afrique, etc.) pour lesquels il empruntait le Lolita Express, l’avion privé du délinquant sexuel à la tête d’un réseau de prostitution de mineures Jeffrey Epstein.

L’ancien président des États-Unis Bill Clinton qui a été, rappelons-le, accusé à de multiples reprises de harcèlements sexuels, d’agressions sexuelles et même d’appartenance à un réseau de trafic d’enfants et de pédocriminalité (l’affaire du Pizzagate)…

L’ancien maire de Toulouse (son prédécesseur à la tête de la ville rose était Dominique Baudis, lui-même accusé dans l’affaire Alègre) Douste-Blazy a-t-il lui aussi « voyagé » à bord du Lolita Express avec ses « amis » ?

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0