Il y a dix mois, Marine Le Pen prophétisait l’augmentation de l’électricité, du gaz, du pétrole et les faillites… à la virgule près !

Si c’est le temps qui donne raison, Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national, a fait mouche. Alors candidate à l’élection présidentielle, elle était invitée sur le plateau de TF1 dans « La France face à la guerre » lundi 14 mars 2022  (voir vidéo ci-dessous).


A cette occasion, Marine Le Pen décrivait ses craintes sur l’impact des sanctions prises par les dirigeants contre la Russie. Elle prévoyait un impact extrêmement inquiétant sur la vie quotidienne des Français, en particulier en ce qui concerne les hausses de prix de l’électricité, du gaz et du pétrole. Elle souhaitait protéger les Français de la perte de leur emploi, de la faillite de leur entreprise ou des difficultés à se nourrir, se chauffer ou se déplacer. C’est exactement la vision prophétique désastreuse qui se déroule sous nos yeux…

« Ce que je ne veux pas, c’est que le prix du gaz soit multiplié par huit. C’est que le prix du pétrole soit multiplié par deux. Ce que je ne veux pas, c’est que le prix de l’électricité, qui est attaché au prix indexé sur le prix du gaz, augmente d’autant. Ce que je ne souhaite pas, c’est que les Français se fassent harakiri au motif de sanctions décidées par nos dirigeants et qui, en réalité, ne s’attacheraient pas à la vie quotidienne de nos compatriotes. Moi, mon obsession, encore une fois, c’est aussi la protection des Français. Je ne veux pas qu’ils perdent leur emploi. Je ne veux pas que leur entreprise fasse faillite. Je ne veux pas qu’ils se retrouvent avec l’incapacité de se chauffer, l’incapacité de se nourrir ou l’incapacité de prendre leur voiture pour aller travailler. »

Au Parlement européen, le 7 avril 2022, le Rassemblement national s’est unanimement abstenu de voter en faveur d’un embargo sur le gaz et le pétrole russes.

Sourcelemediaen442