« Il y a une propagande de guerre par la peur »: Ségolène Royal met en doute certains possibles crimes de guerre en Ukraine

Dénonçant « une propagande de guerre par la peur » de la part du président ukrainien, Ségolène Royal a mis en doute, jeudi 1er septembre, les crimes de guerre en Ukraine.

« Vous pensez bien que s’il y avait la moindre victime, le moindre bébé avec du sang, à l’heure des téléphones portables on les aurait eues (les images)… », a-t-elle déclaré. Ségolène Royal a aussi mis en doute le massacre de Boutcha ou « le récit de viol d’enfant pendant sept heures sous les yeux des parents ». « C’est monstrueux d’aller diffuser des choses comme ça uniquement pour interrompre le processus de paix », a-t-elle affirmé. Selon elle, Volodymyr Zelensky « a utilisé ça » pour interrompre le processus de paix.