Jacques Attali : « Il faut contrôler et casser les réseaux sociaux, il faut démanteler Facebook et Google »

Une vidéo passée totalement inaperçue. Voici l’extrait de l’émission sur Radio J du 22 novembre 2020, présentée par Frédéric Haziza (spécialiste de la main aux cul, dont la journaliste Astrid de Villaines a fait les frais). L’invité n’est autre que Jacques Attali, l’homme qui reste à son poste, contrairement à tous les présidents qu’il voit défiler depuis Mitterrand, et se vante même d’avoir fabriqué Macron :


« Emmanuel Macron ? C’est moi qui l’ai repéré. C’est même moi qui l’ai inventé. Totalement. A partir du moment où je l’ai mis rapporteur, où il y avait Tout-Paris et le monde entier et où je ne l’ai pas éteint, il s’est fait connaître. C’est la réalité objective. » Tiré du livre d’Anne Fulda, « Emmanuel Macron. Un jeune homme si parfait  », Plon, Paris, 2017.

Bref, dans l’extrait ci-dessous, Jacques Attali utilise l’antisémitisme pour espérer démanteler internet : « Il faut évidemment contrôler tout ça, il faut casser les réseaux sociaux, il faut démanteler Facebook, Google mais surtout Facebook qui est un acteur extrêmement dangereux par sa nature. » Des propos qui ne plairont pas à Mark Zuckerberg au lendemain d’une panne sans précédent. Nous rappelons à nos lecteurs qu’Emmanuel Macron a installé une commission sur le complotisme et l’antisémitisme. Ça travail en coulisse !

« L’Internet représente une menace pour ceux qui savent et qui décident. Parce qu’il donne accès au savoir autrement que par le cursus hiérarchique. » Jacques Attali, interview Journal Libération par Laurent Mauriac et Nicole Penicaut — 5 mai 2000

Jacques Attali, interview Journal Libération par Laurent MAURIAC et Nicole PENICAUT — 5 mai 2000

Le Média en 4-4-2

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le prix du gaz européen augmente de 30% ce lundi matin suite à la fermeture prolongée de Nord Stream 1

[VIDEO] Macron insulté par Marc Rebillet : l’artiste récidive en concert à l’Olympia à Paris