« J’espère qu’ils vont tous crever la bouche ouverte dans une guerre civile »: un influenceur déraille [VIDEO]

Un influenceur a suscité la controverse en ironisant sur un « grand anéantissement » et une « guerre civile » liée aux flux migratoires en France. Il a par la suite plaidé l’humour noir.

L’annonce de la candidature d’Éric Zemmour aux prochaines présidentielles continue d’enflammer le débat public. Quelques heures après une prise de bec surréaliste entre l’eurodéputé Gilbert Collard (RN) et le socialiste Eduardo Rihan Cypel, c’est désormais du côté des réseaux sociaux que les controverses s’enchaînent.

Sur Twitch, l’influenceur de gauche Pantoufl a créé l’émoi en s’exprimant à propos du « grand remplacement », concept popularisé par l’ex-éditorialiste star de CNews.

« Je ne suis pas pour le grand remplacement, je suis pour le grand anéantissement des bœufs qui peuplent la France. J’espère qu’ils vont tous crever la bouche ouverte dans une guerre civile, où ils se feront probablement égorger », lâche l’influenceur sur Twitch.

Une sortie pour le moins grinçante que certains ont assimilée à une incitation à la haine. Sur Twitter, plusieurs internautes ont d’ailleurs affirmé avoir signalé ces propos à la plateforme Pharos, recensant les contenus et comportements en ligne illicites.

S’il admet n’être « pas fier de cette citation », l’influenceur affirme que ses propos ne sont pas à prendre au premier degré. Il déclare avoir volontairement forcé le trait pour caricaturer les tenants de la thèse du « grand remplacement », qui véhiculent selon lui un « fantasme d’extrême droite ».

« J’ai un goût prononcé pour la provocation, l’outrance et l’humour noir […]. Je suis dans un esprit un peu nihiliste. Je dénonce le fantasme de ceux qui croient au grand remplacement et au choc des civilisations. Je ne fais que caricaturer, même si ma phrase est malheureuse. Je ne souhaite évidemment pas la guerre civile », déclare-t-il sa vidéo d’explication.

Via : Sputnik

C’est quoi cette guerre et pourquoi cette guerre ? Petits éléments de réponse …

Covid-19 : non, 80% des hospitalisations ne concernent pas des non vaccinés