« Kiev va sacrifier son peuple pour le bien de l’Occident en rejetant le cessez-le-feu » (Mission russe auprès de l’ONU)

Le vice-président du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, estime que Kiev a rejeté « la main de la miséricorde chrétienne » en refusant la trêve du Noël orthodoxe proposée par Moscou. Cependant, il a déclaré que cela causerait « moins d’ennuis et de sournoiseries » pour les forces armées russes.

« Une main de la miséricorde chrétienne a été tendue aux Ukrainiens lors de la grande fête (Noël, qui est célébré en Russie le 7 janvier). Leurs dirigeants l’ont rejetée. Je pense que la plupart de nos militaires impliqués dans l’opération militaire spéciale ont expiré lorsqu’ils ont entendu le refus (…) de cesser le feu le jour de Noël. Moins d’ennuis et de tromperies », a écrit l’homme politique sur sa chaîne Telegram vendredi.

Medvedev a noté qu’il était désolé pour les personnes qui ont été privées de la possibilité d’aller à l’église. « Mais ceux qui n’ont aucune foi et aucun sens de la gratitude ne comprennent que la force brute », a-t-il noté.

De son côté, le premier représentant permanent adjoint de la Russie auprès de l’ONU, Dmitry Polyansky, a tweeté : « Les autorités ukrainiennes sont prêtes à sacrifier leur peuple au nom des jeux géopolitiques occidentaux en rejetant le cessez-le-feu du Noël orthodoxe ».

« Un rappel de plus de qui nous combattons en Ukraine – des criminels nationalistes impitoyables qui sont prêts à sacrifier leur pays et leur peuple au nom des jeux géopolitiques occidentaux et qui n’ont aucun respect pour les choses sacrées », a déclaré le diplomate russe.

Jeudi, le service de presse du Kremlin a indiqué que le président russe Vladimir Poutine avait ordonné qu’un régime de cessez-le-feu soit imposé sur toute la ligne de contact dans la zone de l’opération militaire spéciale, du 6 janvier à 12 heures au 7 janvier à 24 heures. Le ministre russe de la Défense, le général d’armée Sergueï Choïgou, a émis un ordre correspondant. À leur tour, les autorités ukrainiennes ont réagi négativement à l’idée d’un cessez-le-feu de Noël. Le président ukrainien Vladimir Zelensky a déclaré au même moment que la Russie tentait de dissimuler de nouvelles étapes d’« agression » sous le prétexte d’un cessez-le-feu, commentant l’initiative russe. « La Russie ne parviendra pas à cacher en silence sa préparation à une nouvelle vague d’agression », a déclaré Zelensky.

Le conseiller présidentiel ukrainien Mykhailo Podolyak a déclaré jeudi que Kiev n’accepterait un cessez-le-feu avec la Russie qu’après le retrait des troupes russes d’Ukraine.

La Fédération de Russie doit partir et ce n’est qu’alors qu’il y aura une « trêve temporaire », a déclaré M. Podolyak sur son compte Twitter.

Dans la même rubrique, voici un interview avec le géopoliticien belge Luc Michel :

Les États-Unis vont envoyer à l’Ukraine près de 3 milliards de dollars d’aide militaire dans le cadre d’un nouveau paquet massif qui comprendra pour la première fois plusieurs dizaines de véhicules de combat Bradley, ont déclaré jeudi des responsables américains. Il s’agit de la dernière mesure prise par l’administration Biden pour envoyer des armes de plus en plus létales et puissantes afin d’aider l’Ukraine à repousser les forces russes.

Le Pentagone tente également de fournir un certain nombre de systèmes de défense antimissile Patriot à l’armée ukrainienne et de former cette dernière à leur utilisation, malgré les avertissements de Moscou.

Réagissant à l’envoi par Washington de véhicules blindés Bradley à Kiev, Anatoly Antonov, ambassadeur de la Russie aux États-Unis, a déclaré : « Cette décision confirme le fait que les responsables américains ne veulent pas tenir compte des avertissements russes sur les conséquences dangereuses possibles de telles actions ».

Par ailleurs, le gouvernement allemand a annoncé jeudi qu’il allait envoyer des véhicules blindés de transport de troupes et un système de défense aérienne Patriot en Ukraine.

C’est dans un tel contexte que le président biélorusse Alexandre Loukachenko a visité une base militaire où sont stationnées des troupes russes, a annoncé vendredi le ministère de la Défense.

Au cours de la réunion, Loukachenko et un représentant anonyme de l’armée russe ont discuté des exercices militaires conjoints des deux pays, a-t-il ajouté. « À ce stade, les unités des forces armées de la Fédération de Russie sont prêtes à exécuter les tâches comme prévu », a déclaré le représentant.

Le Bélarus, qui est étroitement allié à Moscou, a déclaré jeudi qu’il recevrait davantage d’armes et d’équipements de la Russie dans le cadre du renforcement de la coopération militaire entre les deux pays, ce qui alimente les craintes qu’il puisse être utilisé comme base pour attaquer l’Ukraine par le nord. Minsk a déclaré qu’elle n’entrerait pas dans la guerre en Ukraine, mais Kiev insiste à dire que la Russie a utilisé le Bélarus comme rampe de lancement pour son opération militaire spéciale du 24 février et continue d’utiliser l’espace aérien du Bélarus pour des frappes de drones et de missiles.

source : Press TV