in

Krach boursier : Le prix Nobel d’économie Robert Shiller nous met en garde

Krach boursier

Le mercredi 23 octobre, à L.A, le prix Nobel Robert Shiller, l’auteur du livre Irrational Exuberance qui a prédit le Krach boursier de 2000 et le krach immobilier de 2007, a déclaré, à l’occasion du lancement de son dernier ouvrage Narrative Economics « Je vois des bulles partout, il n’y a pas de solution sur les marchés actions, sur les marchés obligataires et sur le marché immobilier », sur le site Investor’s Business Daily en date du 25 octobre 2019.

Des rendements boursiers pas très rassurant

Shiller, qui a remporté le prix Nobel d’économie en 2013, anticipe un rendement annuel moyen de 4,4 % pour les actions américaines sur les 30 années à venir. C’est un chiffre décevant, plus de 2 fois inférieur à la moyenne à long terme, et bien en dessous des attentes des caisses de retraite. Selon Index Fund Advisors, le rendement à long terme du S&P 500 est de 9,84 %.

Et quelle était la situation à l’occasion du marché baissier le plus récent, à savoir celui de 2007-2009 ? En 2007, le ratio CAPE était similaire à celui que nous connaissons aujourd’hui.

« L’histoire nous montre donc qu’un tel ratio peut grimper jusqu’à 45, comme ce fut le cas il y a 20 ans, ou engendrer une correction de 50 %. »

Le Krach boursier n’est pas loin

Shiller s’inquiète autant pour les obligations que pour les actions. Les obligations restent l’une des classes d’actifs les plus populaires alors que les investisseurs recherchent des revenus garantis. Le SPDR Portfolio Aggregate Bond ETF a généré un rendement digne des obligations cette année (8,31%).

C’est 2 fois plus que la moyenne annuelle de ces 10 dernières années. Les investisseurs se ruent sur les ETF obligataires afin d’échapper à la volatilité des marchés actions tout en empochant du rendement.

« Si la bulle obligataire se constitue parce que les investisseurs résonnent de façon simpliste, cela peut encore durer un certain moment, mais cela se terminera mal (Krach boursier) », a déclaré Shiller.

Shiller est un peu moins pessimiste pour la bulle immobilière car, si une bulle est de nouveau en train de se reconstituer aux États-Unis, au même niveau qu’en 2005, avec des fonds immobiliers progressant parfois de 29 % en 2019, soit davantage que les 20 % de progression des actions du S&P 500, l’Amérique a toujours en mémoire la sinistre crise des crédits immobiliers subprime de 2008 pour freiner son avidité.

En résumé, si la baisse des taux et le laxisme monétaire continuent avec Lagarde, qui a déclaré « On sera plus content d’avoir un emploi que d’avoir une épargne protégée », la bulle des actifs pourra gonfler encore jusqu’au krach boursier et la perte de confiance dans la monnaie. Et si les taux remontent, le système explosera immédiatement, comme en 1987, avec un krach boursier encore plus violent ! C’est la raison pour laquelle le très humble et réaliste Shiller, face aux conséquences de la folie humaine passée, n’a plus de solution à nous proposer.

Lire aussi :

Un célèbre investisseur milliardaire parie 1.5 Milliard sur un Krach financier en mars prochain

Krach financier : Les riches se préparent déjà au pire

 

Comments

0 comments

Uber : près de 6000 agressions sexuelles en deux ans aux États-Unis

Une femme Gilet jaune en fauteuil roulant condamnée pour violences envers des policiers