in

La Chine attribue une sonnerie de téléphone spéciale aux citoyens endettés …

Dans le cadre de son système très controversé de «crédit social», l’Empire du Milieu expérimente dans certains comtés des mesures visant à embarrasser les citoyens qui déclarent aux autorités être insolvables.

La sonnerie de téléphone de «la honte» n’est pas toujours celle à laquelle vous pensez. Dans le cadre de son système très controversé de «crédit social», la Chine expérimente dans certaines régions du pays la mise en place d’une sonnerie de téléphone spéciale pour les citoyens endettés, placés sur la liste noire du gouvernement. Ces «Laolai» sont des «mauvais payeurs» qui traînent quelques crédits sur le dos et subissent en conséquence restrictions et humiliations quotidiennes du fait de la volonté des dirigeants communistes.

Depuis 2014, le gouvernement communiste peaufine un système de «crédit social», qui évalue le quotidien des citoyens chinois afin de sanctionner les «mauvais» sujets de l’Empire du Milieu et récompenser les plus vertueux. Puissant instrument de coercition sociale, qui s’appuie sur le big data pour la collecte de données, le système de notation chinois prive les citoyens «discrédités», inscrits sur la liste noire du parti communiste, de contracter un prêt bancaire, d’acheter un appartement, de prendre l’avion ou encore d’emprunter les lignes ferroviaires du pays. Selon le rapport du Centre national d’information sur le crédit, la Chine a empêché l’année dernière 17,5 millions d’achats de billets d’avion et 5,5 millions d’achats de billets de train par lesdits citoyens «discrédités».

La sonnerie de «la honte» pour les citoyens endettés

À l’est du pays, dans le comté de Guanyun, certaines entreprises de télécommunications, en collaboration avec les tribunaux locaux, attribuent une sonnerie spéciale pour les habitants endettés, qui prévient les personnes cherchant à les joindre qu’ils sont sur le point de contacter un citoyen fiché. Au diable les sonorités d’attente classique. Cette fois, le bip traditionnel laisse place à un message vocal enregistré plus qu’embarrassant pour le citoyen endetté. Selon l’agence de presse publique Xinhua, le message sonore d’attente est tel: «La personne que vous être en train d’appeler a été placée sur une liste noire par le tribunal du comté de Guanyun. Veuillez s’il vous plaît exhorter cette personne à remplir ses obligations légales. Les employés du tribunal apprécient votre soutien. Merci!».

Outre Guanyun, la ville de Huangshi, située dans la province de Hubei au centre du pays et la ville de Degfend, située dans la province de Henan, ont également introduit des mesures similaires. Initiée il y a de cela un an, la mesure a pour but d’embarrasser les citoyens qui déclarent aux autorités locales être insolvables. Seuls l’opérateur de télécommunication et le tribunal local peuvent décider de mettre fin à ce système de sonnerie spéciale. Selon le journal China Daily, tandis que les citoyens fichés clament leur impossibilité à repayer immédiatement leur dû, et ce malgré leur meilleure volonté, les tribunaux locaux affirment pour leur part que ces habitants refusent de rembourser leur dette alors qu’ils le pourraient. Les autorités font notamment état de transfert ou dissimulation d’actifs par ces citoyens pour éviter de repayer leur dette.

Un site internet et une application où les citoyens endettés sont fichés

La Cour suprême de la Chine a établi une base de données consultable en ligne, qui fiche les citoyens endettés du pays. Noms complets, numéros d’identification, âge, ville d’origine et détails de la dette, les données privées de 13 millions de mauvais payeurs, selon le South China Morning Post, sont jetés en pâture sur la place publique. Dans la même veine, une province située au nord de la Chine a développé une application mobile qui géolocalise dans un périmètre de 500 mètres les citoyens endenttés autour de vous. Les fonctionnaires, fidèles du parti communiste, affirment que ce système de notation fonctionne, puisque 3,5 millions de citoyens ou d’entreprises ont payé des impôts ou des dettes grâce au dispositif.

Entrepreneurs malheureux ou employés récemment licenciés, le désarroi économique de certains citoyens chinois inscrits sur la liste noire du gouvernement ne cesse de se renforcer. Semblable à un véritable cercle vicieux, leur statut de «Laolai» effraye banques et entreprises, et les empêche bien souvent de se reconvertir professionnellement ou d’essayer d’entreprendre une reconversion financière.

La Chine s’apprête à bannir Apple en représailles au scandale Huawei

Google vous écoute en permanence. Voici comment trouver les enregistrements!