in

La Chine prépare une grande contre-attaque contre les États-Unis

La Chine est prête à prendre une série de contre-mesures contre un plan américain visant à bloquer les livraisons de semi-conducteurs à la société de télécommunications chinoise Huawei, notamment en inscrivant les entreprises américaines sur une « liste d’entités non fiables », en lançant des enquêtes et en imposant des restrictions aux entreprises américaines telles qu’Apple, et en suspendant l’achat d’avions Boeing, a déclaré une source proche du gouvernement chinois au Global Times.

Cette mesure probable (la deuxième fois en deux jours que la Chine publie un message de représailles contre les États-Unis, et la toute première fois qu’une source gouvernementale cible des entreprises américaines spécifiques) est le résultat des récentes attaques malveillantes de Washington contre la Chine, qui ont déclenché un tsunami de colère parmi les responsables politiques chinois et dans le monde des affaires. La Chine envisage de prendre des contre-mesures punitives à l’encontre de personnes et d’entités américaines dans le cadre des procès liés au COVID-19, en raison de l’abus de procédures par la partie américaine, ont déclaré des sources proches de l’affaire à Global Times.

Les dernières mesures prises par la Chine indiquent qu’une stratégie de surenchères est en train de se jouer entre les deux plus grandes économies du monde, aussi bien sur le plan politique qu’économique,  ont déclaré les experts.

Vendredi, l’administration Trump a décidé de bloquer les livraisons de semi-conducteurs des fabricants de puces électroniques du monde entier à Huawei. Le Ministère américain du Commerce a déclaré qu’il modifiait une règle d’exportation et la liste des entités afin de « cibler stratégiquement l’acquisition par Huawei de semi-conducteurs qui sont le produit direct de certains logiciels et technologies américains », selon une déclaration sur son site web.

« La Chine prendra des contre-mesures énergiques pour protéger ses propres droits légitimes », si les États-Unis poursuivent le plan de modification de leurs règles et interdisent aux principaux fournisseurs de puces, notamment la société TSMC basée à Taiwan, de vendre des puces à Huawei, a déclaré la source au Global Times dans une interview exclusive.

Des clients essaient les iPhones dans un Apple Store à Nanjing, dans la province du Jiangsu, en Chine orientale. Fichier photo : VCG

Les mesures comprennent l’ajout de sociétés américaines à la liste des « entités non fiables » de la Chine, l’imposition de restrictions ou le lancement d’enquêtes sur des sociétés américaines comme Qualcomm, Cisco et Apple conformément aux lois chinoises comme les mesures de réexamen de la cybersécurité et la loi anti-monopole, et la suspension des achats d’avions Boeing, selon la source.

Les sociétés américaines mentionnées, telles qu’Apple, Qualcomm, Cisco et Boeing, sont toutes très dépendantes du marché chinois.

« La Chine devrait mettre en œuvre ces contre-mesures jusqu’à ce que les États-Unis n’osent plus en réclamer plus », a déclaré au Global Times He Weiwen, un ancien haut responsable du commerce et membre du Conseil Exécutif de la Société Chinoise pour les Études de l’Organisation Mondiale du Commerce.

Il a conseillé à la Chine de mener « des enquêtes approfondies sur les entreprises américaines concernées et de les laisser « ressentir la douleur » ».

Les mesures punitives visant les grandes entreprises américaines comme Qualcomm, Cisco et Apple sont la « bombe atomique », selon les analystes.

« La Chine va lancer des séries d’enquêtes interminables sur ces entreprises, comme des épées suspendues au-dessus de leur tête. Cela va entamer la confiance des investisseurs et réduire leurs revenus sur le marché chinois », a déclaré un initié, qui a préféré garder l’anonymat.

Au premier trimestre 2020, les revenus de la Chine représentaient 14,8% des revenus totaux d’Apple.

Les analystes ont également noté que si les puces fabriquées par ces entreprises ne peuvent pas être vendues sur le marché chinois, l’une de leurs plus importantes sources de revenus, il serait extrêmement difficile pour les entreprises technologiques américaines de récupérer leurs investissements. Certaines pourraient s’enliser dans une faillite.

L’industrie des puces est l’un des principaux secteurs d’exportation des États-Unis et l’un des rares à générer encore un excédent commercial, en grande partie grâce à la croissance des ventes en Chine, selon un rapport du Wall Street Journal, qui souligne qu’une éventuelle interdiction des ventes de puces pourrait coûter aux fabricants américains environ 36 milliards de dollars de revenus.

« Elle provoquera également une réaction en chaîne chez les différents acteurs en amont et en aval de la production de puces aux États-Unis », a déclaré l’initié.

En ce qui concerne Boeing, la Chine pourrait éventuellement abandonner toutes les commandes actuelles de Boeing si les États-Unis s’attaquent aux intérêts de la Chine, même si cela signifie que certaines entreprises chinoises doivent payer pour les dommages et intérêts, a déclaré un initié de l’industrie aéronautique au Global Times.

Si Boeing perdait des commandes de la Chine, la firme, qui est déjà au bord de la faillite, ne pourrait finalement que faire appel à l’aide du gouvernement américain, a déclaré l’initié, ajoutant que la Chine, le plus grand acheteur d’avions au monde, pourrait commander plus de 100 avions à la firme américaine, ce qui pourrait représenter 30 milliards de yuans chaque année.

Selon des experts proches du gouvernement, la douleur devrait être ressentie non seulement par les grands noms mentionnés ci-dessus tels que Qualcomm, Cisco et Apple, mais aussi par les petites entreprises américaines qui sont plus vulnérables aux incertitudes.

La plupart des entreprises américaines figurant sur la liste peuvent être des entreprises américaines de petite taille qui dépendent fortement des entreprises chinoises, comme les agences américaines de trading, a déclaré au Global Times Gao Lingyun, un expert de l’Académie chinoise des Sciences Sociales de Pékin proche du gouvernement chinois.

« Elles sont vulnérables aux mesures restrictives. Une fois que les autorités chinoises leur imposent des sanctions, le coût est peu abordable. La plupart des petites entreprises seront poussées au bord de la faillite », a déclaré Gao Lingyun. Il a noté que de telles contre-mesures pourraient servir d’avertissement de « premier niveau » pour la partie américaine.

Le Ministère chinois du Commerce (MOFCOM) a annoncé en mai 2019 que la Chine publierait sa propre liste ciblant les entités étrangères qui portent gravement atteinte aux intérêts légitimes des entreprises chinoises.

La liste d’entités non fiables comprendra des organisations, des individus et des entreprises étrangers qui bloquent ou ferment des chaînes d’approvisionnement, ou prennent des mesures discriminatoires pour des raisons non commerciales, dont les actions mettent en danger les activités des entreprises chinoises ainsi que les consommateurs et les entreprises du monde entier, selon le MOFCOM, qui note qu’une fois qu’une entreprise sera listée, elle devra faire face à des mesures juridiques et administratives obligatoires et le public chinois sera également mis en garde contre elle pour réduire les risques.

Les initiés ont dévoilé certaines des procédures administratives pour la mise en œuvre de ces contre-mesures telles que : Les entreprises chinoises engagent des poursuites auprès des autorités compétentes sur les comportements déloyaux des entreprises américaines sur le marché. Ensuite, les régulateurs acceptent, enquêtent et obtiennent des preuves. Après s’être référés aux lois et règlements, ils décident en conséquence de révoquer les licences des entreprises américaines en Chine ou d’imposer d’autres sanctions.

Les nouvelles restrictions imposées à Huawei rappellent fermement que Taïwan ne peut pas faire confiance aux États-Unis en tant que partenaire commercial ou économique fiable, a déclaré Tom Fowdy, un analyste britannique des relations politiques et internationales, au Global Times, notant que la Maison Blanche avait poussé TSMC à investir en Amérique, et que quelques heures plus tard, elle imposait des restrictions à ses activités avec Huawei.

« C’est une affaire extraordinairement malhonnête », a-t-il déclaré.

Taiwan Semiconductor Manufacturing Co, ou TSMC – le troisième plus grand fabricant de puces au monde – a annoncé vendredi qu’il prévoit de construire une usine de semi-conducteurs de 12 milliards de dollars en Arizona, dont la construction devrait commencer l’année prochaine, a rapporté CNN. Et les derniers contrôles américains à l’exportation obligeraient les entreprises étrangères comme TSMC qui utilisent des équipements de puces américains à demander une licence avant d’expédier des composants à Huawei.

« Ce que fait l’administration, en réalité, c’est forcer TMSC à se reposer davantage sur les États-Unis tout en réduisant ses activités en Asie. C’est extrêmement traître et sournois », a fait remarquer M. Fowdy.

Alors que dans l’ensemble, la Chine n’agit que passivement et défend ses intérêts légitimes, étant donné que le Président américain Donald Trump propage une conspiration anti-Chine qui vise à dissimuler sa mauvaise gestion de la pandémie de COVID-19. Mercredi, Trump a prolongé d’un an un décret signé en mai 2019 déclarant une urgence nationale et interdisant aux entreprises américaines d’utiliser des équipements de télécommunications fabriqués par des entreprises présentant un risque pour la sécurité nationale, a rapporté Reuters.

Le décret a été considéré comme visant directement les entreprises chinoises comme Huawei et ZTE Corp.

Le Ministère américain du Commerce devrait également prolonger à nouveau une licence, qui doit expirer vendredi, permettant aux entreprises américaines de continuer à faire des affaires avec Huawei.

Les États-Unis n’ont pas réussi à tuer Huawei avec une interdiction qui a duré plus d’un an, alors qu’ils sont aussi pleinement conscients que plus l’interdiction dure, plus les entreprises américaines doivent payer cher, et maintenant cette interdiction est sur le point de se retourner contre eux, ont déclaré des analystes.

Le Département américain du Commerce est sur le point d’approuver une nouvelle réglementation qui permettrait aux entreprises basées aux États-Unis de travailler avec Huawei pour établir les normes des réseaux 5G de prochaine génération, a rapporté Reuters le 7 mai.

Plutôt que d’interpréter cette décision comme un geste de bonne volonté, les analystes chinois ont déclaré qu’elle montre seulement que les États-Unis ont compris le coût du refus de coopérer avec le plus grand contributeur de brevets au monde pour la technologie de la prochaine génération. Les entreprises américaines sont loin derrière Huawei en ce qui concerne les brevets 5G.

La Chine a « bien documenté » les menaces et les tactiques habituelles de Washington pour réprimer les entreprises chinoises, dont Huawei, après les précédents cycles de confrontation, et a également de nombreuses contre-mesures en main qui pourraient précisément frapper l’économie américaine, a déclaré Gao Lingyun, ajoutant que la Chine ripostera certainement sans hésitation si les États-Unis continuent à suivre leur propre voie.

« L’adoption de contre-mesures par la Chine sera finalement bénéfique pour les relations sino-américaines, car ce n’est qu’en battant les politiciens américains à leurs petits jeux qui nuisent aux relations bilatérales que les relations et le commerce des deux pays pourront revenir à la normale », a-t-il déclaré.

source : https://www.globaltimes.cn

traduit par Réseau International