Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a rejeté toute tentative d’imposer des réformes aux autres pays sur la base de « critères étrangers », estimant que la démocratie n’était pas « du Coca-Cola, avec un goût unique dans le monde entier ».

S’exprimant lors d’une vidéoconférence organisée par le Council on Foreign Relations (CFR), un think tank américain, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré qu’aucune puissance n’était en droit de contester la voie choisie par d’autres pays et de dicter aux autres des réformes basées sur des « critères étrangers ».

Commentant les tensions entre la Chine et les États-Unis, que certains réduiraient selon lui à une lutte entre « démocratie et autoritarisme », Wang Yi a affirmé que « la démocratie n’est pas du Coca-Cola, dont les États-Unis produisent un concentré qui a le même goût dans le monde entier ».

« Brandir l’étendard de la démocratie et des droits de l’homme pour […] s’ingérer dans les affaires des autres pays et créer des divisions et conflits artificiels ne provoquera en fin de compte que de l’instabilité et même des catastrophes », a précisé le chef de la diplomatie chinoise.

« Nous ne copions jamais les modèles étrangers, n’exportons aucune idéologie, et n’exigeons pas des autres pays qu’ils reproduisent les pratiques chinoises », a-t-il également affirmé, avant d’estimer : « S’il n’y a qu’un seul modèle et une seule civilisation sur la terre, le monde perdra sa vitalité ».

Le ministre a conclu son propos en constatant que bien que la Chine et les États-Unis possèdent des « systèmes sociaux différents », cela ne les empêche pas « de rechercher un terrain d’entente », en réalisant une « coopération gagnant-gagnant » et en « coexistant de façon pacifique ».

source : https://francais.rt.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici