La France interdit les vols intérieurs de courte distance… pour cause de « changement climatique »

La France interdit les vols intérieurs court-courriers lorsqu’il existe une option de train régulière et fréquente de moins de deux heures et demie, après qu’une loi sur le climat de 2021, n° 2021-1104, a reçu l’autorisation de la Commission européenne (CE).

L’article 145.I de la loi interdit les vols de passagers « sur toutes les liaisons aériennes situées sur le territoire français pour lesquelles il existe plusieurs liaisons ferroviaires directes par jour de moins de deux heures et demie », selon le rapport de décision de l’Union européenne (pdf).

La proposition, qui a été saluée par les Verts français et les lobbyistes environnementaux à Bruxelles, affectera directement trois grandes liaisons aériennes entre Paris-Orly et Lyon, Nantes et Bordeaux.

Thomas Brooke, de Remix News, rapporte qu’une intention d’améliorer les services ferroviaires et de diminuer la durée des trajets pourrait entraîner la suppression des lignes de Paris et Rennes vers Lyon et Marseille.

La mesure devrait prendre plusieurs mois pour entrer en vigueur et devrait durer initialement trois ans, avec un examen de son efficacité au bout de deux ans.

Dans sa décision, publiée le 2 décembre, la Commission européenne a rejeté les protestations des aéroports français et des lobbyistes des compagnies aériennes, qui affirmaient que l’interdiction serait contraire au droit de la concurrence.

Elle a toutefois affirmé que « les effets négatifs de toute restriction des droits de trafic sur les citoyens européens et la connectivité doivent être compensés par la disponibilité de modes de transport alternatifs abordables, pratiques et plus durables. »

Le ministre français des transports, Clément Beaune, a qualifié cette initiative d’ »avancée majeure », ajoutant :

« Je suis fier que la France soit un pionnier dans ce domaine. »

Karima Delli, une eurodéputée verte française, a salué l’approbation de l’interdiction par la Commission européenne, la qualifiant de « victoire » pour les défenseurs de l’environnement, mais a insisté sur le fait que « le seuil doit être porté à quatre heures, et surtout, inclure les jets privés dans l’interdiction ».

Un seuil de quatre heures entraînerait effectivement la suppression de tous les vols intérieurs en France.

« L’interdiction par la France des vols court-courriers lorsqu’il existe des liaisons ferroviaires rapides est un petit pas, mais c’est un pas dans la bonne direction », a déclaré Thomas Gelin, chargé de campagne de Greenpeace sur le climat en Europe.

Cependant, certains politiciens du Parti vert veulent étendre l’interdiction aux trajets en train de quatre heures, tandis que d’autres législateurs européens espèrent étendre la couverture à l’ensemble du continent grâce aux nouvelles lignes ferroviaires à venir, comme le projet RTE-T de l’Union européenne.

Comme le souligne Naveen Anthrapully de The Epoch Times, les détracteurs de la nouvelle règle, comme Net Zero Watch, ont commenté dans un tweet, « Encore une liberté que le Net Zero va supprimer. #CostOfNetZero ».

Peut-être le plus remarquable, La CE a noté que la nouvelle règle n’aura pas beaucoup d’impact sur l’environnement parce que le trafic aérien sur les routes a considérablement diminué depuis les arrêts de la pandémie.

« L’interdiction de ces routes ne conduira donc pas à une réduction réelle des émissions. Toutefois, des avantages environnementaux non quantifiables peuvent néanmoins être générés puisque les transporteurs aériens potentiellement intéressés par l’exploitation de ces routes seront empêchés de le faire », indique la commission dans le rapport.

« Attendez-vous à beaucoup plus de ce genre de choses », a tweeté l’universitaire conservateur canadien Jordan Peterson en réponse à la nouvelle.

source : Aube Digitale