Si le Président a annoncé le retrait de la France du Sahel, le budget militaire est en hausse pour la troisième année consécutive et les chefs des armées se préparent à un futur conflit de haute intensité. Un exercice d’envergure aura lieu en 2023, les forces américaines et britanniques pourraient également participer.

Après huit ans de présence française au Sahel, le 10 juin Emmanuel Macron a annoncé la fin de l’opération Barkhane en tant qu’opération extérieure. Cette dernière aura été la plus longue et la plus coûteuse depuis la Seconde Guerre mondiale: Paris a déployé plus de 5.000 soldats sur 11 bases militaires dont six au Mali, contre les djihadistes affiliés au groupe État islamique* (EI) et à Al-Qaïda*. Les massacres de civils se poursuivent pourtant au Mali, au Niger et au Burkina Faso.

Si cette annonce s’inscrit dans la volonté politique déjà évoquée par le chef de l’État en début d’année de réduire à moyen terme la présence militaire française dans le Sahel, il apparaît qu’un conflit de grande intensité impliquant la France dans un futur proche peut être une hypothèse envisagée très concrètement par l’armée.

Fin mars, le magazine britannique The Economist a rapporté la tenue en 2023 d’un exercice militaire de très grande ampleur, baptisé Orion.

L’exercice aura lieu en Champagne-Ardenne, engageant jusqu’à 10.000 soldats et l’armée de l’Air. Il impliquera toute la gamme des capacités militaires françaises, se composera d’exercices au niveau des postes de commandement, de scénarios hybrides, de simulations et de manœuvres à tirs réels. Des forces belges, britanniques et américaines pourraient également y participer.

«Aujourd’hui l’armée française serait incapable d’engager une division, pas un corps d’armée, capable de manœuvrer, et c’est pour ça que cet exercice [Orion] vise à redonner à l’armée française l’habitude à engager et commander des moyens sur de vastes espaces et des durées longues. Et cette évolution paraît particulièrement raisonnable, en particulier si on veut que ce genre de guerre ne se déclenche pas», a commenté Vincent Desportes, général de division de l’armée de terre française, pour Atlantico en avril.D’après lui, le monde se dirige vers de plus en plus de violences et de conflits armés, les guerres de demain pourraient être des guerres interétatiques extrêmement violentes, même si pas très longues.

«Si un conflit de haute intensité venait à se déclencher, on n’en connaît pas les conditions, mais les candidats sont nombreux, de la Russie, la Chine, les États-Unis, l’Iran, la Turquie, ce conflit serait éminemment dévastateur et la société en serait profondément transformée comme elle l’a été en 1918 ou en 1945», a-t-il avancé.

Budget en hausse

Le budget de la défense est en hausse pour la troisième année consécutive. En 2021, selon la loi de finances adoptée par l’Assemblée nationale fin décembre, 39,2 milliards d’euros seront consacrés aux armées, soit une hausse de 1,7 milliard par rapport à l’année 2020 (37,5 milliards d’euros).

D’après le communiqué du ministère des Armées, les grands axes du budget seront la montée en puissance des équipements majeurs (157 blindés Griffon et 20 Jaguar pour l’armée de Terre, une nouvelle frégate multimissions pour la Marine nationale et trois nouveaux avions MRTT Phénix pour l’armée de l’Air et de l’Espace), ainsi qu’un investissement en matière d’innovation et de recrutement (l’embauche de 27.000 personnes, dans le renseignement et la cyberdéfense, est prévue).

L’hypothèse d’un engagement majeur

Bien que les adversaires potentiels ne soient pas clairement désignés, la notion de conflit de grande intensité est si répandue parmi les militaires que ce scénario dispose de son propre terme: hypothèse d’engagement majeur (HEM), précisait The Economist dans son article.

Déjà en octobre 2020, François Lecointre, chef d’état-major des armées, avait déclaré dans une interview aux Échos que «d’ici 2030, il faudrait être capable, après six mois de montée en puissance, de soutenir un tel engagement [futur conflit important, ndlr] pendant six mois. Notre analyse géopolitique nous amène à envisager qu’à cet horizon, nous pourrions être conduits à intervenir en coalition à hauteur de cet effort-là».

En plus de Barkhane au Sahel, depuis 2014, la France mène une opération, au sein de la coalition, contre l’organisation État islamique* en Irak et en Syrie. En mars 2020, les 200 soldats participant à cette opération ont été temporairement rapatriés en France métropolitaine en raison de la pandémie de coronavirus.

Source

2 Commentaires

  1. J’ai été au Mali. Pas moyen de se cacher des drones sophistiqués dans ces plaines de sable. J’ai été en Afrique occidentale. Là les journaux publient l’histoire des Camerounais, qui ont fait un assaut sur Boko Haram sans en informer les Français: 2 Antonov 24 avec des armes, inclus un container sellé des NU, peu de morts, 200 terroristes prisonniers et 10 instructeurs français en service actif ! Dans le Fabiuske a piqué une crise et les réclamait illico presto.

    Les Anglo-Saxons contrôlent et détruisent la France. Les élites sont des traitres, comme tellement de fois dans l’histoire française. Levez-vous, la constitution vous y oblige !
    Ste Jeanne d’Arc, prie pour nous !

Comments are closed.