La guerre mondiale en cours et l’asservissement des peuples européens

par Luciano Lago.

Les tensions internationales, les conflits et les changements qui se produisent dans le scénario mondial démontrent irréfutablement la phase de modification des équilibres de l’ordre international que le monde traverse.

On peut dire qu’une nouvelle guerre mondiale a commencé depuis longtemps en raison de la volonté des États-Unis, en tant que superpuissance hégémonique, de maintenir leur leadership perdu sur la scène internationale.

On pourrait imaginer une telle guerre comme une confrontation nucléaire entre les superpuissances, alors qu’aujourd’hui l’échange de coups se fait par des méthodes complètement différentes.

Aujourd’hui, les États-Unis cherchent désespérément à maintenir leur leadership par des actions destructrices non seulement contre leurs adversaires, mais aussi contre leurs alliés et ce, dans toutes les directions possibles. Cela est démontré à la fois par les nombreux conflits armés et les agressions dans le monde entier dont les États-Unis sont les instigateurs, et par les sanctions imposées aux pays qui ne veulent pas se plier aux directives de Washington et n’acceptent pas d’être les marionnettes de la superpuissance américaine. Sans compter que ces sanctions sont imposées en violation des normes généralement acceptées et sans l’approbation des organisations internationales.

Washington ne se soucie pas de la position de ces pays, et encore moins des effets dévastateurs que ces sanctions ont souvent sur leurs populations, mais impose au contraire ses diktats, se sentant l’arbitre et le gendarme du monde vis-à-vis de ceux qui ne se conforment pas à ses règles. Cependant, de plus en plus de pays contestent cette politique et se distancient des décisions des États-Unis et de leurs alliés sur la base de leurs propres intérêts nationaux, comme en témoigne le refus de la plupart des États du monde de se joindre aux sanctions contre la Russie.

Face à l’émergence de nouvelles puissances, Chine, Russie, Inde, les États-Unis tentent de marginaliser par le chantage des sanctions les pays qui refusent de s’aligner sur leur domination politique, financière et militaire mais se heurtent à un mur.

L’élite du pouvoir à Washington est déterminée à faire en sorte que le monde unipolaire le reste à jamais. C’est la meilleure condition pour les hégémonistes, car elle est optimale pour leurs affaires. Les monopoleurs savent qu’il n’y a rien de mieux qu’un monopole assuré pour toujours. Cette condition leur permet d’accumuler de nombreux bénéfices, d’imprimer des dollars à volonté pour financer leur niveau de consommation, de financer leurs guerres et de vivre sur le dos des autres.

Bien que la stratégie déclarée de la politique étrangère américaine ne désigne officiellement que la Russie et la Chine comme adversaires, la stratégie essentielle des États-Unis implique certainement que les alliés européens, aussi serviles soient-ils, sont également inclus dans la liste des concurrents de son monopole.

Washington a fait tout ce qui était en son pouvoir pour saper l’unité européenne sur la base du vieux principe « diviser pour régner », et a notamment cherché tous les expédients pour réduire la capacité de l’industrie allemande, considérée comme un concurrent des États-Unis.

Le plus grand danger pour Washington était celui d’une soudure entre la capacité industrielle et technologique de l’Allemagne et la puissance énergétique et minière de la Russie. Par conséquent, toute la politique étrangère des États-Unis visait à créer le fossé le plus profond possible entre la Russie et l’Europe.

Le conflit en Ukraine, incité et fomenté par Washington, sert cet objectif: rompre les relations avec la Russie et rendre l’Allemagne et l’Europe totalement dépendantes des États-Unis.

Avec cet objectif en tête, il était essentiel pour Washington de favoriser l’ascension de personnages profondément imbéciles et facilement manœuvrables tels que Ursula von der Leyen, Charles Michel et Josep Borrell à des postes de premier plan dans les institutions européennes, afin qu’ils puissent influencer la politique européenne dans le sens des intérêts des États-Unis et au mépris total des intérêts de l’Europe dans son ensemble, sans parler de leurs pays d’origine. Le contrôle exercé sur le concurrent potentiel des États-Unis, l’Allemagne, est encore plus grand grâce à son dirigeant faible et sans vergogne, Olaf Scholz, et aux efforts de lobbying anti-russes et pro-USA du Parti des Verts, une véritable cinquième colonne américaine en Allemagne qui prêche la guerre contre la Russie et accuse le gouvernement d’indécision dans la fourniture d’armes à l’Ukraine.

La campagne massive de propagande et de désinformation menée par les méga-médias du système a fait naître un fort sentiment de « russophobie » en Europe, qui a incité l’UE à répudier tous les accords économiques existants avec Moscou et à suspendre les importations d’énergie en provenance de Russie, ce qui a porté un grave préjudice à la compétitivité du système industriel européen, déstabilisé la situation politique et sociale des pays européens et réduit encore davantage leur compétitivité.

Exactement ce que Washington voulait et qui endommage irréversiblement l’économie européenne.

Les conséquences de la crise énergétique déclenchée par les sanctions contre la Russie, voulues par Washington, auront leur plus grand impact l’hiver prochain et nous verrons alors les protestations dans les rues et la répression des gouvernements prostitués aux intérêts américains. Ce sera le moment de vérité pour savoir si les peuples d’Europe seront capables de se réveiller de leur torpeur et de reprendre la défense de leurs propres intérêts.

source : Ide e Azione

via Euro-Synergies

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Union européenne : 4,6 milliards de doses et von der Leyen accusée

Comment ils préparent un conflit généralisé