in

La mafia italienne distribue de la nourriture aux familles les plus démunies en quarantaine

Le gouvernement italien n’a pas fait grand-chose pour aider les personnes en difficulté dans le pays, mais dans certaines régions, la mafia a pris des mesures pour aider et fournir de la nourriture aux familles les plus démunies en quarantaine celles qui n’ont plus d’argent.

Au lieu de les remercier pour leur aide, le gouvernement a ouvert une enquête sur la récente opération caritative du groupe. Nicola Gratteri, enquêteur anti-mafia et chef du bureau du procureur de Catanzaro, a déclaré au Guardian qu’il craignait que la mafia puisse d’une certaine manière « prendre le contrôle de la vie des gens » en leur offrant de la nourriture en cas de besoin.

« Depuis plus d’un mois, des magasins, cafés, restaurants et pubs sont fermés.Des millions de personnes travaillent dans l’économie grise, ce qui signifie qu’elles n’ont reçu aucun revenu depuis plus d’un mois et n’ont aucune idée de la date de leur retour au travail.

Le gouvernement émet des « bons d’achat » pour aider les gens. Si l’État n’intervient pas bientôt pour aider ces familles, la mafia fournira ses services, imposant son contrôle sur la vie des gens », a déclaré M. Gratteri.

« Les chefs de la mafia considèrent leurs villes comme leur propre fief. Les patrons savent très bien que pour gouverner, ils doivent prendre soin des gens sur leur territoire. Et ils le font en exploitant la situation à leur avantage. Aux yeux du peuple, un patron qui frappe à la porte en offrant de la nourriture gratuite est un héros. Et le patron sait qu’il peut alors compter sur le soutien de ces familles lorsque cela s’avère nécessaire. », a déclaré M. Gratteri.

Il est vrai que les organisations criminelles utilisent la philanthropie comme un moyen de gagner de l’influence et de gagner l’opinion publique, et on peut en dire autant des entreprises et des gouvernements.

L’année dernière, l’Italie a lancé un programme de revenu de base très limité, qui en réalité était plutôt un programme de chômage incluant certains travailleurs à bas salaire. De nombreuses demandes ont été rejetées et les qualifications ont exclu un grand nombre de personnes qui en avaient le plus besoin.

Un plan de relance en réponse au ralentissement économique a été annoncé le mois dernier par le Premier ministre italien Giuseppe Conte, mais aucune aide n’a été apportée sur le terrain aux habitants les plus pauvres du pays.