in

La maternité de substitution en Ukraine : les différentes technologies proposées

Certains couples décident d’aller à l’étranger lorsqu’il ne leur est pas possible d’avoir recours à la maternité de substitution dans leurs pays d’origine. Si plusieurs pays européens offrent désormais des programmes et des solutions qui visent à traiter les problèmes d’infertilité, l’Ukraine, de son côté, est devenue l’une des principales destinations en matière de gestation pour autrui (GPA). En raison de sa proximité avec le reste de l’Europe, ce pays a fait le pari de mettre en place un cadre juridique flexible pour favoriser le développement du secteur.

Les technologies offertes sur le sol ukrainien dans le cadre d’un programme de GPA

Différentes technologies de maternité de substitution sont mises à disposition des parents d’intention en Ukraine. Voici quelques-unes des techniques qui y sont pratiquées.

Plusieurs technologies permettent de résoudre les problèmes d’infertilité, dont la fécondation in vitro. Source de l’image : Pixabay.

La FIV ou fécondation in vitro

Certaines cliniques impliquées dans le secteur de la maternité de substitution, comme ilaya, offrent des services de fécondation in vitro (FIV) dans le cadre de leurs programmes de GPA en Ukraine. La FIV consiste à déposer un embryon déjà fécondé dans l’utérus d’une mère porteuse.

Pour ce faire, le spermatozoïde et l’ovule sont prélevés et croisés manuellement hors du corps de la femme. Le principe est donc de résoudre les problèmes d’infertilité en reproduisant artificiellement le processus naturel de la fécondation. Le programme de fécondation in vitro peut être résumé en quatre grandes étapes.

Le prélèvement des ovocytes

Cette étape appelée « ponction folliculaire » se fait après que les ovaires ont été stimulés pour optimiser la qualité et la proportion des ovocytes. Ce processus de stimulation ovarien qui peut durer entre 10 et 20 jours se fait à travers une série d’injections hormonales quotidiennes. Soulignons qu’une hormone spéciale est administrée au patient 36 heures avant le prélèvement pour favoriser la maturation ovocytaire.

La fécondation par les spermatozoïdes

L’ovocyte ainsi recueilli est préparé et mis dans les conditions idéales en vue d’être fécondé par les spermatozoïdes. Ces derniers sont généralement obtenus à partir d’un échantillon de sperme fourni par le partenaire ou par le donneur. Il faut noter qu’une préparation technique peut être faite pour améliorer la qualité spermatique et augmenter les chances de résultats. En règle générale, une personne qui a recours à ce traitement doit attendre environ 12 à 20 heures pour que la fécondation se produise. Après cela, les embryons obtenus sont placés en culture en attendant l’étape du transfert qui aura lieu au plus 6 jours plus tard.

Le transfert embryonnaire

Après le délai de culture en laboratoire qui dure entre 2 et 6 jours, un ou plusieurs embryons sont sélectionnés et transférés dans l’utérus de la mère porteuse. Il s’agit d’une opération indolore et rapide qui ne nécessite pas d’anesthésie. Une fois le transfert embryonnaire effectué, les embryons non implantés sont conservés par cryogénisation. Cette conservation permet ainsi d’avoir un matériel génétique déjà disponible en cas de besoin pour un nouveau cycle.

La venue de la grossesse

Si toutes les étapes précédentes se déroulent bien, la mère porteuse se prépare ensuite pour la gestation. Mais avant tout, l’état de grossesse devra être confirmé par test sanguin, dans un délai d’environ 16 jours. Il faut noter que plusieurs essais peuvent être nécessaires pour que le processus de la FIV soit concluant.

L’ICSI ou l’injection intracytoplasmique de spermatozoïde

L’ICSI est une technique de fécondation artificielle qui consiste à inséminer un seul ovule mature avec un seul spermatozoïde. Le principe est de sélectionner le meilleur spermatozoïde afin d’augmenter les chances de fécondation. En plus du procédé classique, notons que l’ICSI est l’un des moyens de fécondation utilisés dans le cadre d’un programme de FIV.

Il s’agit d’une technique qui est surtout employée dans les cas où le partenaire masculin est touché par une infertilité sévère.

L’insémination artificielle ou IA

Il s’agit de la technique de GPA la plus ancienne et l’une des plus simples qui est utilisée pour remédier à l’infertilité. L’IA est une méthode utilisée pour venir à bout des difficultés de conception liées à des problèmes comme l’impuissance masculine. Son principe consiste à déposer des spermatozoïdes viables dans l’utérus de la mère porteuse. L’opération est réalisée au moment de l’ovulation de la femme, afin de favoriser la fécondation sans qu’il y ait eu rapport sexuel.

Les tests génétiques de préimplantation

Un test génétique de préimplantatoire ou PGT désigne un procédé technologique permettant de déceler les éventuelles anomalies au niveau des chromosomes des embryons. Cela permet d’éviter que les enfants naissent avec des maladies génétiques. Les personnes qui se rendent en Ukraine pour participer à des programmes de GPA en Ukraine ont normalement droit à deux types de PGT : il s’agit du diagnostic génétique préimplantatoire (DPI) et du dépistage génétique préimplantatoire (PGS). Fait intéressant, le test génétique préimplantatoire peut permettre aux parents de connaître le sexe du bébé à naître.

Plus de choix offerts aux couples

Les nombreux choix de technologies de maternité de substitution proposées en Ukraine permettent aux couples d’optimiser les chances de fonder une famille. Source de l’image : Pixabay.

Les couples stériles qui envisagent de devenir parents sur le territoire ukrainien ont le choix entre différents types de technologies pour avoir un enfant. Ces techniques d’assistance médicale à la procréation incluent aussi bien des méthodes simples, comme l’insémination artificielle, que des techniques plus élaborées, comme l’injection intracytoplasmique de spermatozoïde. Par ailleurs, il faut noter que le choix de l’un ou de l’autre de ces méthodes va dépendre des cas d’infertilité rencontrés. En ce qui concerne l’Ukraine, les cas plus couramment traités sont les suivants :

–          Insuffisance au niveau de la proportion ou de la motilité des spermatozoïdes

–          Insuffisance ovarienne liée à des troubles de l’ovulation ou à des affections utérines

–          Trompes de Fallope obstruées ou retirées

–          Trompes ligaturées ou de vasectomie

–          Infertilité inexpliquée chez la femme ou chez l’homme

 

Conclusion

 

En bref, les programmes de GPA en Ukraine s’appuient sur un secteur technologique en pleine croissance dans ce domaine pointu. De nombreux couples se sont d’ailleurs tournés vers ce pays dans les dernières années dans l’espoir d’avoir un ou plusieurs enfants. Selon l’organisation australienne Families Through Surrogacy (« Familles par la GPA »), 94 % des personnes qui ont recours à la gestation pour autrui en Ukraine viennent de l’extérieur du pays.

C’est officiel, «Matrix 4» est de retour (avec Keanu Reeves) !

Amazonie

São Paulo plongée dans le noir à cause de l’immense incendie qui ravagent l’Amazonie