La présence de troupes britanniques en Ukraine serait une « déclaration de guerre », risquant une réponse nucléaire, selon Medvedev.

Medvedev

En réaction au « sans précédent » accord d’aide militaire récemment conclu entre Kiev et le Royaume-Uni, et avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak dans la capitale ukrainienne, le Kremlin a émis un avertissement , déclarant que le déploiement de troupes britanniques en Ukraine serait une « déclaration de guerre« .

Les paroles alarmantes et virulentes ont été prononcées par l’ancien président russe, Dmitry Medvedev, à l’arrivée de Sunak à Kiev pour la présentation du paquet d’aide à la défense de plus de 3 milliards de dollars. Cet nouvel accord en matière de sécurité a suscité l’indignation à Moscou.

Face à l’absence d’indications dans l’accord de sécurité officiel indiquant un déploiement de troupes britanniques à l’intérieur du pays dévasté par la guerre, il semble que des éléments tels qu’un approfondissement du partage du renseignement aient suffi à susciter les soupçons du Kremlin quant à une escalade des ‘troupes sur le terrain’ de l’Occident.

L’accord « officialise une gamme de soutiens que le Royaume-Uni a fournis et continuera de fournir pour la sécurité de l’Ukraine, y compris le partage du renseignement, la cybersécurité, la formation médicale et militaire, et la coopération industrielle de défense », avait annoncé Downing Street.

Medvedev a publié sa réponse sur les réseaux sociaux. Importamment, il occupe actuellement le poste de vice-président du Conseil de sécurité russe, et il a déclaré :

« Que signifie cela ? Cela signifie une seule chose – ils risquent de se heurter à l’action du paragraphe 19 des fondements de la politique d’État de la Russie en matière de dissuasion nucléaire », a écrit Medvedev sur l’application de messagerie Telegram.

« Il faut s’en souvenir », a ajouté Medvedev.

Selon Reuters, il a déclaré que « certains commandants militaires ukrainiens envisageaient de frapper des sites de lancement de missiles à l’intérieur de la Russie avec des missiles à longue portée fournis par l’Occident ».

Cela fait suite à la précédente affirmation du ministère russe de la Défense selon laquelle des troupes britanniques sont déjà présentes sur le terrain en Ukraine, au moins dans un rôle « conseil ».

Bien que seul le président Poutine soit finalement le décideur final du déploiement des armes nucléaires russes, la menace de Medvedev était sinistre et a attiré l’attention de l’Occident à un moment où plusieurs points de tension confligents existent dans le monde, principalement en raison de ce qui suit :

Le paragraphe 19 de la doctrine nucléaire russe de 2020 énonce les conditions dans lesquelles un président russe envisagerait d’utiliser une arme nucléaire : généralement en réponse à une attaque utilisant des armes nucléaires ou autres armes de destruction massive, ou à l’utilisation d’armes conventionnelles contre la Russie « quand l’existence même de l’État est mise en danger ».

Medvedev a spécifiquement mentionné le point « g » du paragraphe dix-neuf qui traite de la réponse nucléaire à une attaque avec des armes conventionnelles.

Pendant la guerre qui a duré près de deux ans, l’ancien président Medvedev s’est fait remarquer en tant que faucon intraitable, lançant des menaces nucléaires à plusieurs reprises, particulièrement lorsqu’une escalade était perçue venant de l’Ukraine ou de ses alliés occidentaux. La Russie avait précédemment positionné des armes nucléaires tactiques en Biélorussie, ce que l’Occident a considéré comme une escalade significative.

Source : Zero Hedge

Traduction : Les Moutons Rebelles

4 Comments

Leave a Reply
  1. @ Mr Colte 👏👍 … Et surtout qu’ils arrêtent tous de nous faire la leçon ou de nous menacer de mort est qu’ils agissent une bonne fois pour toute ; car nous somment prêts pour la finale .

  2. Je suis Français à part entière et ancien combattant.
    Je constate depuis, et bien avant l’intervention de l’armée Russe en Ukraine que l’occident emploi envers la Russie une politique ignoble aussi bien envers la Russie qu’envers la France privée du commerce avec elle au bénéfice des USA.
    L’occident a soutenu les sanctions contre la Russie demandées par les USA, et a participé à de nombreuses agressions envers des pays comme la Libye, l’Irak, et sans la Russie qui s’y est opposée, elle aurait fait de même Syrie.
    Il est normal que la Russie se sente agressée si des soldats occidentaux combattaient sur le territoire Ukrainien.
    Espérons que pour la paix du monde nous n’en arriverons pas là

  3. @ Mr antoine beltrandi : Respect à vous et à tous nos Anciens . Personnes n’aime les  » guerres  » mais quand notre gentillesse se transforme en faiblesse par ceux qui sont chez nous sans en êtres invités tout en prônant l’élimination de notre Nation où rentre chez les « gens sans s’essuyer les pieds » cela devient un réel problème . PLus encore quand des pédophiles et paraphiliques psychopathes sont au commande de notre Pays . Prenez soin de vous et de votre Famille .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’armée israélienne rase au bulldozer le centre de la bande de Gaza pour créer une «zone tampon»

“Ce n’est pas seulement notre guerre, c’est aussi votre guerre. C’est la guerre des fils de la lumière contre les fils des ténèbres”: Netanyahu