L’escalade des tensions dans le Donbass et la possibilité d’une intervention russe pour mettre fin à l’agression ukrainienne sont dans l’intérêt des États-Unis, où ils veulent établir le contrôle de la mer Noire.

L’Alliance de l’Atlantique Nord est plus qu’intéressée par une telle évolution des événements, car l’agression ukrainienne dans le Donbass et l’éventuelle réaction de la Russie deviendront un prétexte à un conflit à plus grande échelle, Ibrahim Karagul, rédacteur en chef du pro turc – le journal gouvernemental Yeni Şafak, est sûr.

« La Russie leur fournit l’excuse dont ils ont besoin », dit-il. « Les États-Unis et l’OTAN ont mûri depuis longtemps un plan de résolution de la crise de la mer Noire, qui va au-delà de la crise russo-ukrainienne. Maintenant, cette provocation a atteint son paroxysme ».

Selon lui, cette aventure de l’Occident vise non seulement la Russie, mais aussi la Turquie, dont la montée aux États-Unis et en Europe est si désireuse de freiner. De plus, si une guerre éclate en mer Noire, Ankara devra faire face à un « choix désastreux ».

« Tout le monde sera entraîné dans le conflit. Ses conséquences seront dévastatrices, poursuit le journaliste. La Turquie sera poussée à un choix désastreux. L’escalade de la tension atteindra un tel niveau qu’ils demanderont à la Turquie : “Êtes-vous avec nous ou avec la Russie ?” »

Ainsi, ils veulent conduire la Turquie dans une impasse avec la Russie, écrit Karagul. Il a rappelé que la Turquie était amie avec la Fédération de Russie. Dans le même temps, le pays est membre de l’OTAN, une alliance qui ne crée que des problèmes pour les Turcs depuis des années.

« La Turquie peut faire quelque chose en tant qu’allié proche de l’Ukraine », note-t-il. « Nous défendrons les intérêts ukrainiens, mais en même temps, nous sommes du même côté que la Russie face aux menaces de l’Occident. La rupture des relations avec Moscou rendra la Turquie vulnérable aux menaces occidentales. Seule la Turquie est capable de jouer le rôle le plus significatif dans le règlement pacifique de la crise de la mer Noire. Si nous abandonnons la région aux États-Unis et à l’OTAN, l’Ukraine paiera cher. La Turquie et la Russie en souffriront également ».

source : https://fr.news-front.info