Le Kremlin a mis en garde vendredi 2 avril les Occidentaux contre toute ingérence militaire en Ukraine, sur fond de regain de tensions et de redéploiement de troupes russes qui inquiètent Américains et Ukrainiens.

Un engagement militaire de l’Otan en faveur de Kiev «entraînera des mesures supplémentaires de la partie russe pour assurer sa sécurité», a répondu à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, tout en affirmant que «la Russie ne menace personne et n’a jamais menacé personne».

Mise en garde de Washington

De son côté, le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a mis en garde Moscou contre « tout acte agressif qui aurait pour but d’intimider ou menacer » l’Ukraine, se disant « préoccupé » par les « récentes escalades d’actes agressifs et provocateurs » de la Russie.

Des responsables ukrainiens et américains ont fait état jeudi de mouvements de troupes russes à la frontière ukrainienne. Kiev dénonce des « provocations » tandis que Washington met en garde la Russie contre toute tentative d' »intimidation » de l’Ukraine.

Un responsable de la présidence ukrainienne, Roman Machovets, a suggéré durant une rencontre avec le représentant de l’Otan en Ukraine d’organiser des manœuvres militaires et des patrouilles aériennes conjointes pour « stabiliser la situation dans la région ».

Le Pentagone a indiqué cette semaine que les forces américaines en Europe avaient été placées en phase de surveillance renforcée contre une « crise imminente potentielle ».

La guerre en Ukraine, qui a commencé en 2014 après l’arrivée au pouvoir à Kiev de pro-occidentaux, suivie de l’annexion de la Crimée par Moscou, a fait plus de 13 000 morts.