L’administration Biden a approuvé la vente d’armes à guidage de précision à Israël pour un montant de 735 millions de dollars, ce qui soulève certaines questions pour certains démocrates de la Chambre des représentants qui font partie du débat mouvant sur le soutien de Biden au gouvernement israélien du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

C’était près d’une semaine avant que le Hamas, le groupe de résistance “désignée comme terroriste par les médias” qui contrôle la bande de Gaza, ne lance d’intenses attaques à la roquette contre Israël, qui auraient tué au moins 10 Israéliens.

En réponse, l’armée israélienne a balancé des centaines de missiles qui ont fait près de 200 morts parmi les Palestiniens la moitié d’entre eux c’est des enfants et des femmes.

Le Congrès a été officiellement informé de la proposition de vente le 5 mai.

Tout en appelant à un cessez-le-feu immédiat, l’administration Biden a déclaré qu’Israël a le droit de se défendre contre le Hamas – une position qu’une majorité du Congrès a précédemment soutenue. Mais une nouvelle génération de démocrates de la Chambre des représentants, plus ouverte à la remise en question du soutien de Washington à Netanyahou, soulève quelques inquiétudes. Certains législateurs veulent en savoir plus sur la nouvelle proposition de vente, et son calendrier, suggérant qu’elle soit utilisée comme levier.

“Au cours de ce cette semaine, les frappes de l’armée israélienne ont tué de nombreux civils et détruit le bâtiment qui abritait l’Associated Press, une société américaine qui rendait des comptes de faits à Gaza”.

“Permettre à cette proposition de vente de bombes intelligentes de se réaliser sans faire pression sur Netanyahu pour qu’il accepte un cessez-le-feu ne fera que permettre un nouveau carnage.”