Le comité Adama ne veut plus que les policiers «rentrent dans nos quartiers»

«Policiers racistes» et «justice négrophobe»… Réuni samedi 20 mars pour la Marche des Solidarités, le comité Adama a envoyé un message accusateur aux autorités tout en affichant sa volonté de ne plus voir les policiers rentrer dans les quartiers.

Plusieurs centaines de manifestants ont défilé samedi 20 mars à Paris pour protester contre le racisme et les violences policières.

L’action, organisée notamment par Assa Traoré, a été lancée à l’appel de plusieurs collectifs. Samir B. Elyes, membre du Mouvement immigration banlieue (MIB) et du comité Adama, s’est illustré par un discours virulent envers la police.

«On a bien affaire à une justice négrophobe, des policiers racistes dans nos quartiers, 80% des policiers sont des policiers racistes, ils ne nous aiment pas», a-t-il lancé.

Tout en considérant que les forces de l’ordre ont «le droit de vie et de mort» et que la justice «leur délivre un permis de tuer», Samir B. Elyes a lancé qu’«Assa Traoré est en danger», tout comme les proches de celle-ci. Selon lui, il y a un «traitement pour les familles noires et arabes» et un autre pour celles qui ne le sont pas.

«On ne veut plus qu’ils [les policiers, ndlr.] rentrent dans nos quartiers […] Montrons leur qu’on est en colère contre la police et la justice, des morts il va encore y en avoir», a-t-il martelé alors que des participants scandaient «pas de justice, pas de paix».

Source

L’ex Directeur du renseignement national de Donald Trump vient de déclarer sur Fox News que les OVNIS existent

Nantes: un étudiant de 24 ans a été trouvé mort chez lui, 10 jours après avoir reçu une dose du vaccin AstraZeneca