in

Le commandant du USS Theodore Roosevelt, révoqué après avoir lancé l’alerte sur des cas de Covid-19 à bord, acclamé en héros par ses troupes

Dans une lettre publié par un journal de San Francisco, le « captain » avait demandé l’évacuation de son navire après que des militaires à bord ont contracté le coronavirus.

« Cap-tain Crozier! Cap-tain Cro-zier! » Sur les vidéos qui sont apparues sur les réseaux sociaux vendredi 3 avril, on voit le capitaine Brett Crozier quitter son navire, l’USS Theodore Roosevelt, en passant au milieu de centaines de marins qui lui font une haie d’honneur sur le pont du porte-avion nucléaire américain. Démis de ses fonctions jeudi après que sa lettre d’alarme à l’US Navy évoquant les cas de Covid-19 à bord a fuité dans la presse, le commandant traverse la foule tandis que ses troupes s’écartent, silencieusement, faisant un salut militaire. Il salue enfin l’équipage qui l’acclame d’un geste de la main avant de s’engouffrer dans la voiture qui l’attend.

Dans son courrier, il affirmait qu’au moins 100 marins étaient déjà infectés, et que le virus se propageait rapidement. “Nous ne sommes pas en guerre. Il n’y a aucune raison que des marins meurent”, avait écrit le capitaine dans la lettre, qui a ensuite été publiée dans le San Francisco Chronicle.

“Nous ne sommes peut-être pas en guerre”

Suite à cet appel, Brett Crozier a été démis de ses fonctions, a annoncé jeudi le secrétaire à l’US Navy, Thomas Modly. “Nous ne sommes peut-être pas en guerre dans le sens traditionnel du mot, mais nous ne sommes pas non plus complètement en paix”, a noté M. Modly au cours d’une conférence de presse.

“Et nous demandons à nos commandants de faire preuve de jugement, de maturité, de leadership et de calme sous la pression.” Or le commandant Crozier a “fait preuve d’un très mauvais jugement en période de crise”, a-t-il jugé.