Le ministre belge de la Santé avoue que la fermeture des commerces n’avait pas de fondement sanitaire mais visait à créer un électrochoc dans la population


Interrogé à la sortie du Comité de concertation ce vendredi 27 novembre, le ministre de la Santé a tenu un discours qui a interpellé de nombreuses personnes, y compris ses partenaires de coalition.

Revenant sur la décision de rouvrir les commerces non essentiels dès le 1er décembre, Frank Vandenbroucke (sp.a) a ainsi expliqué que « faire du shopping ne comportait pas vraiment de risque quand tout était bien contrôlé ». Des propos auxquels le journaliste de la VRT a immédiatement réagi, demandant dès lors pourquoi ces magasins avaient dû fermer leurs portes le 30 octobre dernier.

« Parce qu’à un moment on avait besoin de prendre une décision choc, il fallait un électrochoc et cela impliquait que l’on ferme immédiatement les commerces non essentiels », a rétorqué le ministre de la Santé, qui a également admis qu’il s’agissait d’une mesure « psychologique ».

La fermeture des magasins n’était pas une mesure sanitaire mais un « électrochoc » pour la population.


Selon Christine Lagarde, l’euro numérique émergera d’ici 2024 au plus tard

Les images de soldats australiens buvant de la bière dans la prothèse d’un taliban créent le scandale