Le Net en ébullition : qu’entend Macron par « des semaines difficiles » ?

Macron annonce « des semaines difficiles ». « Des décisions dont on parlait depuis des décennies seront prises qui changeront la vie ».
Il s’adresse à un peuple souverain en parlant par énigmes ? Et la presse reprend ces propos hallucinants sans aucune analyse ?

Ariane Walter a raison de réagir, dans l’apathie médiatique générale. Un président ne parle pas comme ça à son peuple.

Tous les intrigués se demandent ce que le poudré a voulu dire par là. C’était déjà le cas pour la Bête de l’événement, que peu d’esprits ont compris, vu qu’ils n’admettent pas l’existence du Diable, et encore moins de Dieu. Ce sont pourtant des concepts explicatifs, pour peu qu’on sache les remplir, politiquement. Il y en a un qui a l’air d’être dans la confidence, sinon que Macron est son confident, c’est ce bon vieux Bill Gates, le copain de Jeffrey Epstein, le pédocriminel international fournisseur de chair très fraîche aux membres tordus de l’hyperclasse.

En réalité, ce genre de sortie sert à instiller une peur informe parmi les populations, à la mesure de leur angoisse, et à donner l’impression que ces mondialistes dirigent les choses, qu’ils sont les maîtres des horloges et des événements. Naturellement, les apprentis sorciers oublient la capacité de résistance des peuples, qui n’entre pas dans leur schéma, dans leur préparation. Certes, ils savent ou pensent savoir comment mater un peuple, mais il y a toujours des surprises.

En France, après la parenthèse des Gilets jaunes, cette révolte des sans-grade, des prolos de la France périphérique, la colère prend de nouveaux chemins, plus classe moyenne.

Les peuples ne doivent compter que sur eux-mêmes, que sur leurs propres forces, comme l’enseignait Mao. Ils ne doivent pas confier leur colère et leur avenir aux hommes politiques classiques, puisqu’ils sont les produits de ce Système qui les persécute. Le député Ciotti, qui se fait passer pour un résistant, est un bon exemple de duplicité, qui n’est pas difficile à démontrer.

Ciotti est une impasse politique : lui confier sa colère, c’est la perdre, et elle se perdra en route, dans les méandres du pouvoir profond, des forces occultes. Le peuple ne doit compter que sur ses capacités d’auto-organisation, et la différence entre la résistance antivax et la résistance des Gilets jaunes, c’est l’encadrement. Il y a aujourd’hui du concept, des porte-paroles, des généraux, à la tête des refuzniks du pass et du vaccin. Il y en a dans le monde médical, dans le monde politique, et des passerelles se créent en permanence entre ces deux champs, pour reprendre l’expression de Bourdieu, et tout cela crée un système anti-Système. La manipulation des masses produit un effet contraire et là, on est dans le vrai conflit politique, c’est-à-dire idéologique : deux visions du monde s’affrontent, et une restera sur le tapis.

En parlant de manipulation des masses, il est bon de rappeler les principes de Chomsky retrouvés dans un thread, avant que le linguiste ne verse dans le délire mondialiste.

1) Détourner l’attention du public vers des sujets non pertinents. Les submerger d’information pour garder leur esprit occupé

2) Les gouvernants présentent les choses aux citoyens comme un problème exigeant une solution externe. Ils proposent eux-mêmes la solution.

Il s’agit de l’une des stratégies de manipulation de masse destinée à prendre des décisions impopulaires.

3) La gradualité est une autre stratégies de manipulation de masse destinées à introduire progressivement des mesures que les personnes n’accepteraient généralement pas. Elle consiste à les appliquer peu à peu, de manière à les rendre pratiquement imperceptibles.

4) Différer. Cette stratégie consiste à faire croire aux citoyens que si une mesure paraît temporairement préjudiciable, elle peut apporter de grands bénéfices à l’ensemble de la société à l’avenir. L’objectif est que les personnes s’habituent à la mesure et ne la rejettent pas.

5) Infantilisation. Les gouvernants utilisent des gestes, des mots et des attitudes paternalistes, conciliants et imprégnés d’une grande naïveté.

L’objectif est de surmonter les résistances des individus pour neutraliser le sens critique de la population.

6) Recourir aux émotions.
L’ objectif est de bâillonner l’esprit critique des individus en générant des émotions.

Le but est de créer une sorte de « court-circuit » avec la part la plus rationnelle de l’individu.

7) Créer des publics ignorants. L’ignorance signifie ne pas donner aux personnes les outils nécessaires pour qu’elles puissent analyser la réalité par elles-mêmes. Leur présenter des données anecdotiques, mais ne pas les laisser connaître les structures internes des faits.

8) Promouvoir des publics complaisants.
La plupart des tendances ne sont pas créées spontanément. Elles sont presque toujours induites et promues à partir d’un centre de pouvoir qui exerce son influence pour créer des vagues massives de goûts, d’intérêts ou d’opinions

9) Renforcement de l’auto-culpabilité. Faire croire aux individus qu’ils sont seuls responsables des problèmes dont le gouvernement est la cause. Ils sont dès lors amenés à croire que l’environnement est parfait et que si une défaillance se produit, elle est de leur responsabilité

Toutes ces stratégies de manipulation de masse visent à maintenir le monde comme il convient aux plus puissants. Bloquer la capacité critique et l’autonomie de la plupart des personnes.

On peut se laisser manipuler passivement, ou offrir une résistance autant que faire se peut.

« Pour le moment, on est calmes »

Source : egaliteetreconciliation

  1. Bonjour, le Peuple c’est comme la grenouille que l’on met dans de l’eau tempérée que l’on chauffe et au final ils est cuit. Diviser pour mieux régner c’est la stratégie qui est mise en place et les gens adhèrent. Pauvre France avec l’égoïsme des dirigent et la stratégie militaire qui est employé le Peuple revient en arrière au différente heures sombres du passé qui est un éternel recommencement. L’espoir fait vivre mais les gens préfèrent se distraire que de voir la réalité et face.

  2. Je note que la plupart des interlocuteurs sont quasiment des personnes d’un certain âge et cela me rassure. Le « poudré » et sa clique de dindons, doivent « faire » dans leur culotte…Le peuple en a vraiment ras la bol et cela s’entend!!!

Covid-19 : Un journaliste de la chaîne LCI copieusement insulté en direct devant l’Assemblée nationale

Macron aux non-vaccinés : « J’ai très envie de les emmerder, on va continuer de le faire »