Sommes-nous seuls dans l’univers ? Cette question, qui occupe l’esprit des hommes depuis des décennies, suscite un intérêt récemment ravivé. Après avoir déclassifié trois vidéos d’Ovnis prises par des pilotes de la Navy, le Pentagone doit révéler, avant la fin du mois de juin, un rapport très attendu sur 120 «incidents» semblables.

Ce document, qui doit être présenté devant le Congrès américain, pourrait être rendu public dès ce vendredi 25 juin, selon le New York Times. Il est le fruit du travail de l’unité d’étude des Ovnis, mise en place en août 2020 par le Pentagone. Soit quelques mois après la publication de ces vidéos troublantes.

La première, filmée en 2004 au large des côtes de San Diego, en Californie, est surnommée «incident du Nimitz». Elle montre un objet blanchâtre, repéré à 24.000 mètres d’altitude et d’une forme semblable à celle d’«un Tic-Tac», selon le pilote qui a immortalisé la scène. Dans les deux autres séquences, filmées entre l’été 2014 et mars 2015, des aéronefs non identifiés peuvent être observés, dont l’un présente une trajectoire étrange, faite d’arrêts brusques et de virages soudains.

La mission de l’unité spéciale d’étude était justement de «détecter, analyser et cataloguer ces phénomènes aériens non identifiés qui pourraient représenter une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis». Dans le rapport qu’elle s’apprête à dévoiler, elle rend ses conclusions sur les trois cas cités précédemment mais aussi sur d’autres, 120 au total.

Des technologies inconnues

Si la tension est à son comble dans le petit monde des ufologues, ces passionnés qui étudient les objets volants non identifiés, les médias américains tempèrent leurs ardeurs : le rapport ne prouve pas que les phénomènes observés relèvent de technologies extraterrestres… mais il ne peut pas l’exclure non plus.

Le champ des possibles reste ouvert car une partie au moins de ces incidents laissent toujours les experts perplexes. John Ratcliffe, ancien directeur du renseignement national des Etats-Unis, expliquait par exemple en mars, sur Fox News, que les aéronefs non identifiés sont parfois capables de «mouvements difficiles à reproduire, pour lesquels nous n’avons pas la technologie ou qui se déplacent à des vitesses dépassant le mur du son, sans bang sonique».

Dans son rapport, l’unité d’étude admet donc avoir affaire à une technologie inconnue, qui pourrait être attribuée à des adversaires des Etats-Unis, comme la Russie ou la Chine… ou aux aliens. Ces nouveaux éléments dans la quête d’une vie extraterrestre ont relancé l’intérêt du grand public pour les Ovnis : au pays de l’oncle Sam, les signalements ont nettement augmentés en 2020, avec plus de 7.200 observations.

Source : Cnews