trou d’ozone
in

Le plus grand trou d’ozone de l’Arctique jamais enregistré s’est refermé

Le plus grand trou d’ozone d’ozone jamais observée au-dessus de l’Arctique s’est enfin refermée, ont confirmé des scientifiques.

Le trou s’est formé au début de l’année et était suivi par les experts du service de surveillance atmosphérique de Copernic (CAMS).

L’ozone se trouve généralement entre neuf et 22 miles au-dessus de la surface de la Terre, à haute altitude la couche d’ozone est utile : elle absorbe la plus grande partie du rayonnement solaire ultraviolet dangereux pour les organismes. Elle a donc un rôle protecteur pour les êtres vivants et les écosystèmes.

Selon les scientifiques, un trou de cette ampleur n’avait pas été observée depuis près d’une décennie.

Cependant, alors que certains avaient supposé que cette déchirure « inhabituelle » était d’origine humaine, les chercheurs du CAMS ont affirmé que ce n’était probablement pas le cas, mais qu’elle était plutôt causée par un vortex polaire particulièrement puissant et « de longue durée ».

Par conséquent, la réduction de la pollution créée pendant le confinement n’a probablement pas eu d’impact. Mais c’est quand même une excellente nouvelle.

Un porte-parole du CAMS a confirmé cette évolution très appréciée en écrivant sur Twitter : « Le trou d’ozone sans précédent de l’hémisphère nord de 2020 est terminé. La scission du #PolarVortex, qui permet à l’air pure en ozone de pénétrer dans l’Arctique, correspond de près aux prévisions de la semaine dernière du #CopernicusAtmosphere Monitoring Service.

Le confinement lié à la pandémie du coronavirus n’ont probablement rien à voir avec cela.Il y a quelques jours, le vortex polaire s’est désagrégé. Il s’est affaibli, également. Laissant au passage place à une vague de chaleur. Des températures dépassant les moyennes de l’Arctique de plus de 5 °C autour du 20 avril, par exemple. L’occasion pour un air plus riche en ozone de faire son retour sur la région.

Les chercheurs du programme Copernicus prévoient d’ores et déjà un nouveau renforcement du vortex polaire pour les jours à venir. Mais cette fois, sans pour autant avoir d’effet sur la couche d’ozone au-dessus de l’Arctique.

Source : Acte de conscience