Le président du Chili refuse les lettres de créance du nouvel ambassadeur d’Israël

Le président du Chili, Gabriel Boric, a refusé d’accepter les lettres de créance du nouvel ambassadeur d’Israël dans le pays, Gil Artzieli.

Selon certaines informations, le président, connu pour ses opinions anti-israéliennes, s’est indigné du « meurtre d’un garçon palestinien », faisant référence à l’incident de la nuit dernière dans la région de Jénine au cours duquel un terroriste de 17 ans qui avait ouvert le feu sur les forces de Tsahal, a été tué.

Un soldat israélien est également décédé dans l’échange de tirs.

Le lendemain, les soldats ont identifié les maisons des deux terroristes ayant tué le soldat israélien dans le but de les détruire, comme le veut la politique d’Israël contre les auteurs d’attaques anti-israéliennes.

L’ambassadeur d’Israël au Chili a même été convoqué auprès du ministre chilien des Affaires étrangères pour évoquer le sujet.

Gabriel Boric, élu en décembre dernier, était jusqu’alors un député d’extrême gauche. Âgé de 36 ans, il est un critique de l’État hébreu de longue date.

Il avait notamment soutenu un projet de loi proposant de boycotter les produits israéliens du Golan, des implantations de Cisjordanie et des secteurs de Jérusalem placés sous contrôle israélien en 1967.

Lire l’article entier sur i24news.tv

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La rencontre des dirigeants chinois et russes injecte de la stabilité dans un monde de changement et de désordre

« Big Two » : La Russie et la Chine ont enfin formé une alliance