Le vaccin Moderna désormais déconseillé pour les moins de 30 ans par la Haute Autorité de santé

La Haute autorité de santé en France (HAS) a déconseillé le recours au vaccin Moderna pour les moins de 30 ans, se basant notamment sur une étude selon laquelle il accroît légèrement le risque de myocardite et péricardite pour cette population.

Menée par la structure Epi-Phare, qui associe l’Assurance maladie (Cnam) et l’Agence du médicament (ANSM), une vaste étude publiée lundi a porté sur les personnes âgées de 12 à 50 ans hospitalisées en France pour une myocardite ou une péricardite entre le 15 mai et le 31 août, soit 919 cas de myocardites et 917 cas de péricardites.

La myocardite et la péricardite sont des inflammations du coeur. La première touche le myocarde, principal muscle cardiaque, et la seconde le péricarde, la membrane qui enveloppe le coeur.

Comme cela avait été montré par des rapports de pharmacovigilance, les résultats de l’étude française confirment que les vaccins Pfizer et surtout Moderna augmentent le risque de survenue de ces maladies dans les 7 jours suivant la vaccination, et plus souvent chez des hommes de moins de 30 ans.

Au vu de ces résultats, la HAS «recommande, pour la population âgée de moins de 30 ans et dès lors qu’il est disponible, le recours au vaccin Pfizer qu’il s’agisse de primo-vaccination ou du rappel».

À l’inverse, elle recommande que le vaccin Moderna, «dont l’efficacité vaccinale semble légèrement meilleure, puisse être utilisé en primovaccination et pour l’administration d’une dose de rappel en demi-dose chez les sujets âgés de plus de 30 ans».

Source

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Présidentielle 2022: Macron est à dégager pour 59% des Français

« Il faut généraliser la troisième dose à tout le monde », plaide l’infectiologue Karine Lacombe