Les employés du Vatican qui refusent d’être vaccinés contre le coronavirus risquent des sanctions allant jusqu’au licenciement, selon un décret rendu public ce jeudi par l’Etat de la Cité du Vatican, qui emploie environ 5.000 personnes.

Un employé ne présentant pas de contre-indications médicales avérées et refusant l’administration d’un vaccin contre le Covid-19 risque « des conséquences plus ou moins importantes pouvant aller jusqu’à l’interruption de la relation de travail », prévoit ce texte.

Le décret, qui renvoie aux sanctions prévues dans une loi vaticane de 2011, concerne aussi les candidats à un poste au sein du Vatican, qui pourraient ne pas être embauchés en cas de refus de se faire vacciner.

Son introduction évoque “les actions immédiatement nécessaires pour répondre à la pandémie” et souligne que “le refus du vaccin peut constituer aussi un risque pour les autres” et “augmenter sérieusement les risques pour la santé publique”.