L’écrivaine Florence Porcel accuse Patrick Poivre d’Arvor de viols dans son bureau à TF1, entre 2004 et 2009


L’ancien présentateur du journal télévisé de TF1, Patrick Poivre d’Arvor, « récuse fermement » les accusations « absurdes et mensongères » de viol portées à son encontre par l’écrivaine Florence Porcel, sur lesquelles le parquet a ouvert une enquête, a annoncé jeudi soir son avocat. M. Poivre d’Arvor est « révolté par la manière dont on cherche à l’instrumentaliser pour assurer la promotion d’un roman », a poursuivi Me François Binet dans un communiqué à l’AFP, précisant que l’ancien présentateur était prêt à être entendu par les enquêteurs, et comptait déposer plainte pour « dénonciation calomnieuse » contre Florence Porcel.

Selon Le Parisien, Patrick Poivre d’Arvor est sous le coup d’une enquête pour « viols »  à la suite d’une plainte de Florence Porcel. À 37 ans, cette chroniqueuse et écrivaine bien connue de la Toile, et notamment de YouTube, accuse le journaliste d’avoir abusé sexuellement d’elle à plusieurs reprises, entre 2004 et 2009 « dans un contexte d’emprise psychologique et d’abus de pouvoir. » Florence Porcel a déposé plainte auprès du parquet de Nanterre et la brigade de répression de la délinquance contre la personne de police judiciaire de Paris s’est saisie de l’affaire.

Lorsqu’elle avait 21 ans, et en pleine convalescence d’une tumeur au cerveau, elle aurait d’abord été invitée dans les coulisses du journal télévisé du soir par Patrick Poivre d’Arvor, rencontré pour la première fois au sommet de sa gloire en 2004. Il aurait ensuite, selon l’accusatrice, abusé d’elle dans son bureau.

En avril 2009, et alors qu’elle préparait un mémoire sur les ouvrages des personnalités phares du petit écran, le journaliste « lui aurait imposé une fellation sans protection par la force. » Puis plus tard, après le journal, une assistante conduit Florence Porcel jusqu’au bureau de PPDA.

Selon le récit de la jeune femme raconté par Le Parisien : « Il ferme la porte, lui propose un verre d’alcool avant de l’agresser sexuellement en l’embrassant puis en introduisant sa main dans sa culotte.  (…) Puis vient le rapport sexuel, avec pénétration vaginale, dont elle assure qu’elle n’était pas consentante. »

Contacté par le Parisien, Patrick poivre d’Arvor déplore des « accusations qui ne peuvent être que fantaisistes » et aurait d’ores et déjà saisi son avocat « pour engager les poursuites judiciaires qui s’imposeraient. »

Source


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Trump donne sa première interview après avoir quitté la Maison Blanche: “Biden est mentalement absent”

Une plainte déposée par Didier Raoult contre l’un de ses détracteurs, docteur en pharmacie