Les contaminations repartent à la hausse au Royaume-Uni, la faute au vaccin AstraZeneca ?

Bien que la population du Royaume-Uni soit l’une des plus vaccinées au monde, les contaminations repartent à la hausse dans le pays ces derniers jours. Si la vaccination à l’AstraZeneca est visée, d’autres facteurs peuvent expliquer cette situation.

Après avoir chuté à 0 cas le mois dernier, le Royaume-Uni a vu ses chiffres de contamination repartir à la hausse, avec une augmentation de près de 6000 cas en moyenne sur sept jours, soit une augmentation de 65% par rapport à la semaine précédente. Le pays vient même de repasser devant la France, où les indicateurs poursuivent leur baisse.

Les Britanniques sont pourtant largement vaccinés : près de 77% de la population a reçu ses deux doses. Un regain épidémique qui soulève notamment la question de l’efficacité du vaccin AstraZeneca, qui continue d’être majoritairement utilisé outre-Manche  et dont le taux de protection se révèle inférieur de 25% par rapport aux vaccins ARN messager.

Faut-il y voir la cause de cette hausse des contaminations ? « À l’échelle d’un pays, à l’échelle mondiale, c’est énorme 25%. La population est moins protégée », reconnaît le professeur Cyrille Cohen, directeur du laboratoire d’immunothérapie de l’université de Bar Ilan (Israël). Même son de cloche pour le docteur Philippe Froguel, professeur à l’Imperial College de Londres : « Avec deux doses, on est très bien protégé avec les vaccins à ARN, moyennement avec le vaccin AstraZeneca qui a quand même été très important en Angleterre. »

La crainte du variant Delta

Mais le vaccin AstraZeneca n’est pas le seul facteur qui pourrait expliquer cette nouvelle hausse. Le variant Delta, anciennement appelé « indien », est également mis en cause. Beaucoup plus contagieux, il est particulièrement présent au Royaume-Uni et représente près de 90% des nouvelles contaminations.

Source : LCI

Malaise TV : Quand Marlène Schiappa ambiance le meeting de la tête de liste LREM

Marseille : perquisitions en cours à l’IHU Méditerranée du professeur Didier Raoult