in

Les dossiers sur le lieu où se trouvait le prince Andrew la nuit de l’agression sexuelle ont été détruits par la police

D’après un ancien membre de la garde royale qui a travaillé au sein du service de sécurité du Prince Andrew, la police de Londres a détruit des preuves qui auraient pu révéler où se trouvait le Prince Andrew la nuit où il est accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec une adolescente.

La nuit en question est le 10 mars 2011, ainsi que la matinée du 11 mars. Virginia Giuffre, qui s’appelait Virginia Roberts à l’époque, dit avoir été emmenée à Londres par Epstein et Maxwell et devait avoir des relations sexuelles avec le prince Andrew.

Giuffre dit qu’elle n’avait que 17 ans à l’époque et se souvient d’avoir été emmenée au night-club « Tramp » à Londres, ainsi que dans l’une des maisons de Maxwell dans la ville.

Andrew a été interrogé sur les accusations de Giuffre au cours d’une interview à la BBC, et il a commis de nombreuses erreurs et maladresses qui ont remis en question sa crédibilité.

Dans l’interview, Andrew a nié avec connaître Giuffre et a insisté sur le fait qu’il n’était pas dans cette boîte de nuit le 10 mars.

Il a affirmé qu’il se trouvait dans un restaurant Pizza Express à Woking, pour une fête, mais au moins un autre témoin s’est présenté pour corroborer l’affirmation de Giuffre. Le témoin dit qu’elle se souvient distinctement avoir vu le prince dans la boîte de nuit ce soir-là.

Il devrait y avoir des traces de ce que le prince faisait ce soir-là, ce qui permettrait soit de le disculper, soit de prouver qu’il mentait. Les membres de la famille royale sont régulièrement accompagnés par des gardes de police dans leurs activités quotidiennes et il existe des registres indiquant où et quand les agents ont été envoyés, ou tout au moins un registre indiquant quels agents ont travaillé quel jour.

Si ces registres étaient mis à disposition, les enquêteurs pourraient facilement déterminer où se trouvait le prince André la nuit en question. Au départ, la police a refusé de communiquer ces informations aux médias, insistant sur le fait que révéler des informations aussi sensibles sur la famille royale pourrait constituer une « menace pour la sécurité nationale ».

L’un des gardes qui a été affecté à la sécurité d’Andrew cette nuit-là, se souvient avoir eu un problème avec le prince lorsqu’il est rentré à Buckingham Palace.

Il dit que le prince Andrew a fini par revenir au palais très tard cette nuit-là, mais qu’il voulait obtenir les dossiers pour confirmer que c’était bien la même nuit.

Il y a quelques mois, l’ancien garde a demandé à voir les relevés de ses heures de travail au sein du service de sécurité d’Andrew. Il n’a reçu aucune réponse pendant des mois, mais a finalement été contacté par un agent de la police métropolitaine de Londres.

Ce dernier lui a dit que les dossiers avaient été détruits et que la politique de l’agence était de ne conserver les dossiers que pendant deux ans, ce qui est un peu étrange à l’ère de l’informatique où les dossiers ne prennent pas beaucoup de place.

« Je suis très déçu. Pourquoi diable a-t-il fallu près de cinq mois pour répondre par une réponse aussi peu informative ? Je suis également surpris de découvrir que tous les dossiers concernant la famille royale et sa protection policière sont détruits, et encore moins après seulement deux ans », a déclaré le garde au Daily Mail.

Lire aussi :

Des documents publics de Ghislaine Maxwell affirment que Bill Clinton était sur l’île d’Epstein avec « 2 Jeunes Filles »

Source : themindunleashed

Traduction : lesmoutonsrebelles