in

Les États-Unis viennent-ils de confesser une guerre biologique du COVID-19 ?

Est-il sûr et fiable d’utiliser des méthodologies empruntées aux analystes du renseignement pour rechercher les parties responsables ? Si un journal comme le New York Times publie un article « pointé » si mal orienté, peut-on supposer sans risque, en se basant sur le caractère extravagant de l’article, que l’intention déterminée, sur la base d’une analyse, est forcément de tromper ?

« La tromperie et la dissimulation » sont des éléments essentiels de toute opération de renseignement. Si les États-Unis devaient attaquer des nations comme la Chine, la Russie, l’Italie, l’Iran ou d’autres avec une arme biologique – une capacité que la Russie prétend être depuis longtemps entretenue par les États-Unis en violation de la convention -, une opération de « tromperie et de dissimulation » ferait partie du plan et les médias seraient chargés de tâches de propagande « pointées » spécifiques.

« L’intention » peut signifier, et signifie généralement, un aveu de complicité. Dans ce cas, le Times admet, selon certains critères, que les États-Unis ont créé le COVID-19 et qu’ils ont désespérément besoin de blâmer quelqu’un d’autre parce qu’ils l’ont déclenché comme un acte de guerre ou, plus probablement, qu’ils ont perdu le contrôle d’une arme biologique à cause de contractants corrompus qui se sont tournés vers la criminalité organisée super-gouvernementale.

Il nous suffit d’examiner l’OIAC et ses récentes tentatives de dissimuler l’utilisation d’armes chimiques en Syrie par les services de renseignement occidentaux comme « toile de fond » en quelque sorte. Si cela a été fait, alors le COVID-19 pourrait-il être une opération similaire ?

Attaquer, faire taire, salir quiconque demande si la guerre biologique est une réalité, c’est évidemment oublier, peut-être par choix, la très longue histoire de l’utilisation d’armes biologiques contre l’Union Soviétique, Cuba et la Chine pendant la Guerre Froide.

Ce n’est qu’en 1969 que les États-Unis ont admis avoir intégré le programme dévastateur « 731 » du Japon à celui du Département américain de la Défense à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Bien que les États-Unis aient ouvertement condamné l’utilisation d’armes biologiques, après des décennies de recherche, de production de masse et de déploiement présumé, les programmes actuels, censés être défensifs par nature, sont profondément analogues aux anciens programmes interdits. Tiré de FAS.org :

« Un agent pathogène peut être obtenu à partir de deux sources principales : son environnement naturel et un laboratoire ou une banque microbiologique. Lorsqu’il est obtenu à partir de sources environnementales telles que le sol, l’eau ou des animaux infectés, il faut obtenir une quantité suffisante du micro-organisme pour permettre la purification et le test de ses caractéristiques. La difficulté d’acquérir des agents stockés dans des laboratoires et des banques, comme l’American Type Culture Collection, dépend de l’accessibilité aux agents pathogènes, de la sécurité de l’installation ou des mesures de sécurité du processus de commande de la banque. Ces agents sont purifiés et d’une qualité connue.

Une alternative à l’acquisition d’agents consiste à les créer. Les toxines peuvent être produites en ajoutant aux bactéries l’ADN codant pour leur production. Par ailleurs, les progrès de la biotechnologie ont permis de synthétiser certains virus à partir de leur génome, ou des instructions génétiques d’un organisme, et en utilisant des matériaux de base comme l’ADN. Le Dr Eckard Wimmer l’a d’abord démontré en recréant le virus de la poliomyélite en 2001, puis le Dr Craig Venter a synthétisé le bactériophage phiX174 en 2003 et le Dr Jeffrey Taubenberger et le Dr Terrence Tumpey ont recréé le virus de la grippe de 1918 en 2005 ».

Ce qui est allégué ci, c’est que ces capacités telles que décrites existent, que le virus est disponible et que les souches qui se propagent actuellement dans le cadre de la pandémie actuelle ont une histoire claire, comme c’était le cas lors des précédentes recherches sur la grippe espagnole de 1918 et la polio, une maladie qui a connu une résurgence en Afghanistan et au Pakistan.

Le 13 avril 2020, le New York Times a publié une attaque de propagande de 3000 mots contre le Président russe Vladimir Poutine, l’accusant de « déclarer la guerre à la science américaine ».

Cependant, leur article disait tout, mais à travers « tout », je veux dire une corne d’abondance d’accusations et de calomnies.

Voici comment ils commencent :

« Le 3 février, peu après que l’Organisation Mondiale de la Santé ait déclaré que le coronavirus était une urgence sanitaire mondiale, un obscur compte Twitter à Moscou a commencé à retweeter un blog américain. Il disait que l’agent pathogène était une arme bactériologique conçue pour neutraliser et tuer. Le titre qualifiait la preuve « d’irréfutable », même si des scientifiques de haut niveau avaient déjà démenti cette affirmation et déclaré que le nouveau virus était naturel ».

Ils citaient Trevor Bedford, certainement un scientifique qualifié, un scientifique qualifié qui, en fait, n’a rien démenti. Oui, le COVID-19 pourrait se produire naturellement mais, en fait, il est apparu pour la première fois à l’Université de Caroline du Nord, comme une « chimère » qui a été « générée » pour « qu’aucun vaccin ne puisse être développé », selon un article de 2017.

Pour en revenir au Times, comme dans la plupart des cas de propagande, il y a tant de règles enfreintes qui feraient normalement pleurer un vrai journaliste. En voici une :

« Les analystes disent que le Président russe Vladimir V. Poutine a joué un rôle principal dans la diffusion de fausses informations dans le cadre de son effort plus large pour discréditer l’Occident et détruire ses ennemis de l’intérieur ».

On se demande donc, quels analystes ? En voici un autre, encore pire :

« Le New York Times – qui a réalisé des dizaines d’interviews ainsi qu’un examen de documents scientifiques, de reportages, de documents russes, de tweets et d’émissions de télévision – a constaté que M. Poutine a diffusé des informations erronées sur des questions de santé personnelle pendant plus d’une décennie ».

Avec ça, je ne sais pas si je dois rire ou pleurer. Poutine est-il contre le fait de manger des légumes ou de se brosser les dents ? Que signifie « santé personnelle » ? Est-ce que quelqu’un est contre la « santé personnelle » ? Ils le précisent toutefois dans la phrase suivante :

« Ses agents (ceux de Poutine) ont à maintes reprises semé et répandu l’idée que les épidémies virales – notamment les épidémies de grippe, le virus Ebola et maintenant le coronavirus – étaient semées par les scientifiques américains. Les désinformateurs ont également cherché à saper la confiance dans la sécurité des vaccins, un triomphe de la santé publique que M. Poutine lui-même promeut chez lui ».

Par où commencer ? D’accord, ils disent « agents », mais quels agents ? Ils ne les nomment jamais. Et la Russie n’a-t-elle pas développé le vaccin contre le virus Ebola ? Et puis, des scientifiques américains de l’Université de Caroline du Nord n’ont-ils pas développé le coronavirus dans le cadre d’une étude financée par l’USAID, une organisation qui a généralement été considérée, et cette affirmation a des preuves, comme faisant partie de la CIA ? Continuons maintenant, mais comme les exemples sont à chaque phrase, faire un point valable sans redondance fastidieuse, nécessitera l’utilisation du jugement :

« L’objectif de Moscou, selon les experts, est de présenter les responsables américains comme minimisant l’alerte sanitaire et donc comme posant de graves menaces à la sécurité publique ».

Celle-ci est très simple, il y a une organisation aux États-Unis qui, selon cette allégation, a aidé Moscou plus que toute autre et c’est le New York Times. Après tout, c’est le New York Times qui a ouvert la voie en attaquant le régime Trump pour « avoir minimisé l’alerte sanitaire et avoir ainsi posé de graves menaces à la sécurité publique ».

Nous descendons maintenant dans un maelström d’idiotie en continuant :

« Le Président russe a mené sa longue campagne par le biais de médias ouverts, de trolls secrets et de blogs obscurs qui présentent régulièrement les responsables américains de la santé comme des fraudeurs condescendants. Ces derniers temps, la nouvelle furtivité et la sophistication ont rendu son travail plus difficile à voir, à suivre et à combattre ».

OK, maintenant nous comprenons. Le Times ne peut trouver aucune autre source, peut-être autre qu’elle-même, parce que les « trolls secrets et les blogs obscurs », peut-être comme Veterans Today, sont si bien cachés que les journalistes d’investigation amateurs et les propagandistes les mieux financés ne peuvent les trouver.

Pour conclure, et peut-être dans une certaine mesure pour l’effet dramatique, nous descendons d’un paragraphe ou deux, en omettant peut-être la plus absurde des allégations et nous en essayons une dernière :

« Parce que l’intérêt du public pour le bien-être et la longévité est élevé, la désinformation sur la santé peut avoir un impact social disproportionné. Les experts craignent qu’elle n’encourage un cynisme public qui érode l’influence de Washington ainsi que la valeur démocratique fondamentale qui consiste à se baser sur des faits démontrables pour prendre des décisions ».

Bonté divine ! Maintenant, nous comprenons. La Russie essaie d’éroder la « valeur démocratique fondamentale de Washington qui consiste à se fier à des faits démontrables ».

Par où commencer ? Tout d’abord, personne n’a connu Washington, même prétendre qu’elle s’appuyait sur autre chose que des « faits alternatifs ». Par nature, un « fait alternatif » n’est jamais « démontrable ».

Une recherche rapide sur Google sur « Trump-lies » fait apparaître une douzaine d’articles du New York Times ou plus, dont certains :

  • « Google couvre les mensonges de Trump » (NYT)
  • « Personne ne croit Trump » (NYT)
  • « Le Président ment à propos du Coronavirus » (NYT)
  • « Les mensonges du Président Trump, la liste définitive » (NYT)

Trump, qui, selon le Times, n’est pas à croire, accuse la Chine, la Russie et l’Iran d’avoir fabriqué le COVID-19 et de l’avoir déployé comme une arme, comme l’affirment Bill O’Reilly, Sean Hannity et d’autres, dont le Times :

  • « Le 24 janvier, Bill Gertz, du Washington Times, a écrit un article affirmant que « l’épidémie mortelle de virus animal qui se propage dans le monde entier pourrait avoir son origine dans un laboratoire de Wuhan lié au programme secret d’armes biologiques de la Chine, selon un expert israélien en guerre biologique ».
  • Steve Bannon, ancien Président Exécutif de Breitbart News et ancien conseiller de la Maison Blanche, a accueilli Gertz à plusieurs reprises pour discuter de son article promouvant la théorie de la conspiration du laboratoire de Wuhan. Bannon a également des liens avec un milliardaire chinois en exil qui a avancé de fausses théories de conspiration sur le coronavirus.
  • Le 26 janvier, Gertz a publié un autre article dans le Washington Times, dans lequel il répétait l’affirmation qu’il avait attribuée à « l’expert israélien en guerre biologique » dans son article du 24 janvier. Gertz a également affirmé que bien que la Chine ait nié « avoir des armes biologiques offensives, … un rapport du Département d’État de l’année dernière a révélé des soupçons de dissimulation de travaux de guerre biologique ». L’article de Gertz a suscité plus de 165 000 interactions (partages, réactions et commentaires) sur des publications publiques et privées sur Facebook. Il a notamment été partagé sur des pages et des groupes Facebook pro-Trump, dont ForAmerica et la page Facebook officielle de Bannon.
  • Lors d’une réunion de la commission des services armés du Sénat le 30 janvier, le Sénateur Tom Cotton (R-AR) a suggéré que le COVID-19 pourrait avoir été créé dans un « superlaboratoire » chinois.
  • Le 1er février, le théoricien de la conspiration et animateur de radio qui nie l’Holocauste, Hal Turner, a publié sur son site web un article alarmiste affirmant que le COVID-19 est « une ARME-BIOLOGIQUE MILITAIRE développée par l’armée chinoise ». En plus d’afficher des photos hors contexte d’une base de données de virus, le site web de Turner suggérait également que le VIH était en quelque sorte ajouté à un coronavirus de type « SRAS WIV1 » dans un laboratoire pour créer la souche actuelle du COVID-19.

Mais qu’en savons-nous ? Nous savons que, comme accuser un laboratoire de guerre biologique chinois de propager le COVID-19 ne fonctionne pas, il faut attaquer ceux qui utilisent des preuves solides en invoquant la guerre biologique comme source probable, mais pourquoi ?

Est-ce parce que la piste mène aux laboratoires américains d’armes biologiques ?

source : https://journal-neo.org

traduit par Réseau International