Les personnes qui diffusent des « Fakes News » sur les vaccins sont des « criminels », déclare le PDG de Pfizer

Albert Bourla, CEO Pfizer, pictured during the 48th annual meeting of the World Economic Forum, WEF, in Davos, Switzerland, Wednesday, January 24, 2018. The meeting brings together enterpreneurs, scientists, chief executive and political leaders in Davos January 23 to 26. (KEYSTONE/Gian Ehrenzeller)

Les personnes qui diffusent des « informations erronées » sur les vaccins COVID-19 sont des « criminels », selon le PDG de Pfizer.

Lors d’une intervention devant le groupe de réflexion mondialiste Atlantic Council, basé à Washington D.C., Albert Bourla, PDG de Pfizer, a accusé un « très petit » groupe de personnes de faire circuler des informations qui incitent les gens à ne à se faire vacciner.

« Ces personnes sont des criminels », a-t-il déclaré au PDG de l’Atlantic Council, Frederick Kempe. « Ce ne sont pas de mauvaises personnes. Ce sont des criminels parce qu’ils ont littéralement coûté des millions de vies. »

Bourla a poursuivi en suggérant que la vie ne reviendrait jamais « à la normale » qu’une fois que les non-vaccinés auront été vaccinés.

« La seule chose qui se dresse entre le nouveau mode de vie et le mode de vie actuel est, franchement, l’hésitation à l’égard des vaccinations », a-t-il déclaré.

La tendance croissante à diaboliser les personnes qui remettent en question la sécurité et l’efficacité des vaccins en les considérant non seulement comme des « complotistes », mais aussi comme de véritables criminels qui méritent la prison, s’accélère.

Comme nous l’avons déjà souligné, le gouvernement britannique tente de faire passer une nouvelle loi qui prévoit d’emprisonner pendant deux ans les personnes qui publient des « Fake News » sur les vaccins.

Traiter comme des « criminels » des personnes qui mettent en cause des milliardaires propriétaires de sociétés responsables de 3 milliards de dollars de corruption est sûrement bon pour la société, non ?

D’ici peu, les gens ne seront pas seulement interdits de réseaux sociaux pour avoir remis en question une informations sur les vaccins, ils seront envoyés directement en prison.

 

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce lapsus de Gilles Bouleau sur le « port du voile » n’est pas passé inaperçu

Didier Raoult : « Si vous pensez que les conflits d’intérêts n’existent pas, vous êtes un français typique »