in

Les services secrets français avaient mis en garde contre une « fuite » du laboratoire de Wuhan

11 ans avant la construction de l’Institut de virologie de Wuhan, les services de renseignements français ont averti Paris que la réputation de la Chine en matière de biosécurité pourrait conduire à une « fuite catastrophique », selon le Daily Mail.

En 2004, Michael Barnier, négociateur en chef de l’UE pour les accords de Brexit, a ignoré ces avertissements, approuvant la construction du laboratoire alors qu’il était ministre français des affaires étrangères.

Selon le rapport, les renseignements français ont également averti que Paris pourrait perdre le contrôle de l’installation, et que Pékin pourrait même l’utiliser pour fabriquer des armes de guerre biologique. Et en 2015, alors que le laboratoire s’apprêtait à ouvrir, ces inquiétudes se sont concrétisées après que les architectes français du projet eurent déclaré que le PCC les avait exclues. En fait, 50 scientifiques français étaient censés aider les Chinois à gérer correctement le laboratoire, mais ils n’ont jamais fini par y aller.

Labo Wuhan

Le Dailymail a découvert l’implication de Barnier dans l’Institut de virologie de Wuhan au cours d’une enquête approfondie sur les connexions françaises au laboratoire – d’où beaucoup pensent que le coronavirus s’est échappé, car la WIV hébergeait un groupe de scientifiques qui ont reçu une condamnation internationale pour avoir créé des souches pouvant infecter les humains.

Dans le cadre du scénario « fuite « , un employé infecté de la WIV l’a introduit à son insu sur le marché de Wuhan, exposant ce qui allait devenir environ la moitié du premier groupe de cas connus.

Les biologistes qui ont mené une étude se disent « surpris » de constater que le virus était « déjà pré-adapté à la transmission humaine ».

Jacques Chirac, le président français à l’époque , a fait pression pour que l’institut de Wuhan soit créé après l’épidémie de SRAS de 2003, qui a touché 26 pays et a entraîné plus de 8 000 cas et 774 décès. Chirac, ainsi que son premier ministre Jean-Pierre Raffarin, ont promis des fonds et une expertise française en échange d’une part des droits d’auteur sur les découvertes du laboratoire. Dailymail

Le gouvernement français de Chirac a considéré l’accord visant à construire l’ (Institut de virologie de Wuhan) comme un moyen de renforcer le commerce avec la Chine, malgré les avertissements de ses propres services de renseignement.

« Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’un laboratoire P4 [de haute sécurité biologique] est comme une usine de déchets nucléaire. C’est une bombe atomique bactériologique », a déclaré une source, ajoutant : « Les virus qui sont testés sont extrêmement dangereux »

Alain Mérieux, le milliardaire français qui a contribué à la création du laboratoire de Wuhan en partenariat avec son Institut Mérieux à Lyon, a abandonné le projet en 2015, en déclarant : « J’abandonne la coprésidence du P4 qui est un outil très chinois. ». Il leur appartient, même s’il a été développé avec l’assistance technique de la France ».

Source : Zero Hedge et Dailymail 

Traduction : Les Moutons Rebelles