L’homme qui a giflé Emmanuel Macron sera jugé demain après-midi en comparution immédiate annonce le procureur de Valence.

Il est placé en garde à vue depuis mardi 8 juin à 13h45, avec une autre personne, pour des chefs de violences sans incapacité sur personne dépositaire de l’autorité publique. Les gardes à vue ont été prolongées ce jour afin de poursuivre les vérifications.

“A l’heure actuelle, il semblerait que la préméditation ne puisse être retenue dans l’accomplissement de ce geste violent”, développe le procureur de la République de Valence. L’autre individu toujours en garde à vue, Arthur C., sera convoqué ultérieurement pour des “armes détenues illégalement”. Suivez notre direct.

Jusqu’à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende

Une plainte devait être déposée par le préfet a fait savoir le procureur de Valence. Une enquête, menée par les gendarmes drômois, a été ouverte pour violence sans ITT sur personne dépositaire de l’autorité publique. Les deux suspects risquent jusqu’à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende.