« L’inflation actuelle n’est pas liée à la guerre en Ukraine, c’est de la spéculation »

Invité dans la matinale de CNEWS ce mercredi matin, Michel-Édouard Leclerc, président des Centres E.Leclerc, est revenu sur l’inflation observée actuellement en France, estimant entre autres qu’elle n’est pas liée à la guerre en Ukraine.

« C’est pipeau, a-t-il déclaré. L’huile de tournesol qui manque ici aujourd’hui ou qu’on envoie les gens chercher, c’est des graines qui ont été récoltées l’année dernière. Donc c’est de la spéculation, au mieux de l’anticipation et il n’y a pas de raison de laisser les prix partir comme ça à la hausse. »

Convaincu d’avoir tenu un « discours préventif de l’inflation qui arrivait » bien avant les autres, Michel-Édouard Leclerc estime s’être « fait pas mal rentré dedans » à l’époque. Aujourd’hui, pour tenter d’endiguer le phénomène, il a décidé de créer « un bouclier ».

[…]

Il souligne le fait que cet épisode d’inflation est différent des précédents qu’a pu connaître la France car, selon lui, cela ne se limite pas à quelques produits.

« C’est tout le fond de rayon qui bouge, de 2 centimes à 20 centimes, quelques fois à 2 euros. Donc il est important d’installer des facteurs de stabilité pour que les consommateurs puissent garder confiance dans nos enseignes. »

Lire l’article entier sur cnews.fr

Leave a Reply
  1. il a raison tout ce qui se vend maintenant a été récolté l’année dernière. Il faudrait tout de même qu’il accorde ses violons car le prix de l’essence chez leclerc est en forte hausse par rapport à certaines grande surfaces. Je peux dire que le Leclerc de trie château remporte le pompon pour le prix de l’essence il devrait faire vérifier certain de ses distributeurs

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Moscou affirme que des Israéliens combattent avec le régiment Azov en Ukraine

Biden parle de la guerre en Ukraine comme étant un « point d’inflexion historique [qui] survient toutes les six ou huit générations »Dl