L’OMS admet (enfin) que les tests PCR créent de faux positifs

tests PCR

Les avertissements concernant la valeur élevée des tests de CT arrivent des mois trop tard…alors pourquoi apparaissent-ils maintenant ?

L’Organisation mondiale de la santé a publié une note d’orientation le 14 décembre, avertissant que des seuils de cycle élevés sur les tests PCR entraîneront des faux positifs.

Bien que ces informations soient exactes, elles sont également disponibles depuis des mois. Nous devons donc nous demander pourquoi elles sont déclarées maintenant. Est-ce pour faire croire que le vaccin fonctionne ?

Les tests Sars-Cov-2 « étalon-or » sont basés sur l’amplification en chaîne par polymérase (PCR). La PCR fonctionne en prenant des nucléotides – de minuscules fragments d’ADN ou d’ARN – et en les répliquant jusqu’à ce qu’ils deviennent quelque chose d’assez gros pour être identifié. La réplication se fait par cycles, chaque cycle doublant la quantité de matériel génétique. Le nombre de cycles nécessaires pour produire quelque chose d’identifiable est connu sous le nom de « seuil de cycle » ou « valeur CT ». Plus la valeur CT est élevée, moins vous avez de chances de détecter quelque chose d’important.

Ce nouveau mémo de l’OMS indique que l’utilisation d’une valeur CT élevée pour tester la présence de Sars-Cov-2 entraînera des résultats faussement positifs.

Pour citer leurs propres mots  :

Les utilisateurs de réactifs RT-PCR doivent lire attentivement l’IFU afin de déterminer si un ajustement manuel du seuil de positivité de la PCR est nécessaire pour tenir compte de tout bruit de fond qui pourrait conduire à interpréter comme positif un échantillon dont le résultat présente une valeur de seuil de cycle (Ct) élevée.

Ils poursuivent en expliquant :

Le principe de conception de la RT-PCR signifie que pour les patients présentant des niveaux élevés de virus en circulation (charge virale), relativement peu de cycles seront nécessaires pour détecter le virus et donc la valeur Ct sera faible. À l’inverse, lorsque les échantillons présentent une valeur Ct élevée, cela signifie que de nombreux cycles ont été nécessaires pour détecter le virus. Dans certaines circonstances, la distinction entre le bruit de fond et la présence réelle du virus cible est difficile à établir.

Bien entendu, rien de tout cela n’est nouveau pour quiconque attentif. Le fait que les tests PCR étaient facilement manipulables et potentiellement très imprécis a été l’un des cris de guerre souvent répétés par ceux d’entre nous qui s’opposent au récit de la « pandémie » et aux politiques qu’elle sert à vendre.

De nombreux articles ont été écrits à ce sujet, par de nombreux experts du domaine, des journalistes médicaux et d’autres chercheurs. Il est de notoriété publique, depuis des mois, que tout test utilisant une valeur CT supérieure à 35 est potentiellement dénué de sens.

Le Dr Kary Mullis, qui a reçu le prix Nobel pour avoir inventé le procédé PCR, a clairement indiqué que ce n’était pas un outil de diagnostic :

avec la PCR, si vous le faites bien, vous pouvez trouver presque tout chez n’importe qui ».

Et, commentant les seuils de cycle, il a dit un jour

Si vous devez faire plus de 40 cycles pour amplifier un gène en une seule copie, il y a quelque chose qui cloche sérieusement avec votre PCR. »

Les lignes directrices du MIQE pour l’utilisation de la PCR l’indiquent :

Les valeurs Cq supérieures à 40 sont suspectes en raison de la faible efficacité implicite et ne doivent généralement pas être signalées, »

Tout cela est de notoriété publique depuis le début du confinement. Le propre site web du gouvernement australien a admis que les tests étaient défectueux et un tribunal portugais a jugé qu’ils n’étaient pas adaptés à leur objectif.

Même le Dr Anthony Fauci a publiquement admis qu’un seuil de cycle supérieur à 35 permettait de détecter des « nucléotides morts », et non un virus vivant.

Malgré tout cela, on sait que de nombreux laboratoires dans le monde entier utilisent des tests PCR avec des valeurs CT supérieures à 35.

Alors pourquoi l’OMS a-t-elle finalement décidé de dire que c’est une erreur ? Quelle raison pourrait-elle avoir pour choisir finalement de reconnaître cette simple réalité ?

La réponse à cette question est potentiellement d’un cynisme révoltant: nous disposons maintenant d’un vaccin. Nous n’avons plus besoin de faux positifs.

En théorie, le système a produit son remède miracle.

Ainsi, une fois que tout le monde aura été vacciné, tous les tests PCR effectués le seront « selon les nouvelles directives de l’OMS », et en effectuant seulement 25-30 cycles au lieu de 35+.

Et voilà que le nombre de « cas positifs » va chuter, et nous aurons la confirmation que notre vaccin miracle fonctionne.

Après des mois à inonder le monde de données de faux positifs, à mal compter les décès « par accident », à ajouter « décès lié au Covid19 » à tous les autres certificats de décès… ils peuvent s’arrêter. La machine à créer une pandémie peut être remise à zéro.

Source : off-guardian

Traduction : Les Moutons Rebelles


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Le Pr Perronne démis de ses fonctions par Martin Hirsch : « Je suis un médecin, je me bats pour les malades »

Apocalypse London: La moitié de la ville fuit le covid-19, totalement « hors de contrôle »