Macron a affirmé que limiter les mandats présidentiels à 2 quinquennats est une « funeste connerie »

Le président qui avait, jusqu’ici, toujours botté en touche sur la limitation des mandats présidentiels à deux quinquennats successifs, a tenu des propos très différents lors de la rencontre de Saint-Denis.

En pleine tentative présidentielle de faire redescendre la pression, la sortie d’Emmanuel Macron étonne. Interpellé par Jordan Bardella sur l’hypothèse du retour du septennat, le chef de l’État qui recevait ce mercredi tous les chefs de partis à Saint-Denis a mis les pieds dans le plat.

« Ça a été une funeste connerie de limiter les mandats présidentiels », a lâché le chef de l’État devant les chefs de partis, d’après des informations de BFMTV, confirmant des propos relayés par Jean-Luc Mélenchon.

« Ce qui m’importe n’est pas de durer mais de faire »

En l’état actuel de la Constitution, le président n’est pas autorisé à exercer plus de « deux mandats consécutifs » en vertu de la révision constitutionnelle de 2008. Au grand dam d’une partie de la macronie: celle-ci s’inquiète d’une guerre de succession à l’intérieur du camp présidentiel d’ici 2027.

L’ex-président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, et très proche du chef de l’État avait d’ailleurs indiqué dans les colonnes du Figaro en juin dernier regretter « la limitation du mandat présidentiel dans le temps ».

Le Breton avait finalement rétropédalé le lendemain, indiquant finalement qu’il ne fallait pas changer « les règles en cours de match ». Le locataire de l’Élysée avait lui-même jusqu’ici veiller à évacuer le sujet.

« Ce qui m’importe n’est pas de durer mais de faire », expliquait le chef de l’État dans les colonnes de La Provence en juin dernier.

Source

La France face à un tournant démographique, selon l’Institut Montaigne

Le journaliste Max Blumenthal : Le Projet Américain est de faire de l’Ukraine le « Grand Israël » de l’Europe