in

Mais ou va-t-on? Le gouvernement cherche à censurer ce photomontage de Macron

En Macronie, ex pays de la liberté d’expression (il parait), le crime de lèse-majesté est très mal vu. Donc ne publiez surtout pas cette image sur votre Facebook, votre site, blog ou sur une pancarte géante pendant une manif. Votre gouvernement vous l’interdit donc soyez urbains chers lecteurs. Ne contrariez pas davantage votre vénérable suzerain. Fawkes

———

L’office central de la lutte contre la criminalité informatique a réclamé le retrait sur Google+ d’un photomontage visant le président de la République à la place de Pinochet avec, derrière lui, Édouard Philippe, Premier ministre et Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur. Contacté, l’organisme s’est refusé à nous livrer la moindre explication.

La photo initiale fut prise en 1973 par Chas Gerretsen, un photographe néerlandais de l’agence Gamma. « La posture, l’expression stricte et ferme du général Pinochet sur cette image sera réutilisée et largement détournée pour illustrer les excès de violence de sa dictature militaire » relate le site Phototrend, au fil de sa série Les dessous des images sur l’histoire de certains clichés emblématiques. Pour le cas présent, un contexte historique dramatique : « plus de 3 200 morts et disparus, plus de 38 000 torturés, des dizaines de milliers d’arrestations de dissidents ».

C’est cette photo qui a inspiré un internaute dans un détournement hébergé sur Google+. Et c’est exactement cette « caricature » qui a été ciblée par l’OCLCTIC, comme on peut le constater sur Lumen DataBase. Ce site répertorie l’ensemble des demandes de retraits, qu’elles proviennent d’ayants droit, de personnes physiques ou d’institutions gouvernementales, notamment.

capture

Source: Next Impact

Les médias français, champions de l’importation de fake news (vidéo)

8000$ le litre: Une nouvelle start-up étrange récolte le sang d’enfants pour le vendre aux riches