Martine Wonner transmet le témoignage du Pr Raoult : c’est Macron qui a imposé aux scientifiques le « remède » de Gilead

Martine Wonner nous raconte la première réunion du Conseil scientifique le 12 mars 2020 et pourquoi le Pr Raoult a claqué la porte. Martine Wonner est d’autant plus libre de s’exprimer, qu’elle n’a pas été réélue. Désignée comme antivax par ses adversaires, elle a été battue par la macroniste Françoise Buffet. Une personne qui, elle, ne devrait pas gêner. Elle n’a jamais déposé aucune question écrite, aucune question orale, n’a proposé aucun amendement et n’a jamais pris la parole.

La corruption au plus haut niveau

Martine Wonner a recueilli le témoignage du Pr Didier Raoult. Ce dernier était présent à la première réunion du Conseil scientifique, ainsi que le Pr Delfraissy. Macron et le président de Gilead France sont arrivés au bout de 5 min. Ils ont carrément imposé le Remdesivir (Veklury®) comme l’unique remède contre le covid-19. Le Pr Raoult n’est plus jamais revenu et l’hydroxychloroquine, est bel et bien restée classée substance vénéneuse (par les soins du Pr Salomon et du ministre de la Santé Agnès Buzyn).

La France a enrichi Gilead

Le 26 juin 2020, le ministre de la Santé Olivier Véran a répondu au Pr Raoult, qui avait mis en cause l’indépendance du Conseil scientifique et laissé entendre que des conflits d’intérêts avaient pu favoriser le Remdesivir du laboratoire Gilead contre le coronavirus : « Je n’ai eu aucune recommandation du Conseil scientifique sur le Remdesivir ». En effet, la France n’a pas commandé de Remdésivir, mais… plusieurs milliers de doses de Remdesivir ont été « alloués » à la France par Gilead et par la Commission européenne dans le cadre d’un premier contrat en juillet 2020. Pour un traitement vendu 2 000 euros dont le prix de revient est de 6 euros, quelques milliers de doses, cela fait quelques millions d’euros.

Le Remdésivir mis en doute

En avril 2020Karine Lacombe émet des restrictions quant à l’efficacité du Remdésivir : « un traitement encourageant mais pas un remède miracle ». Elle a pourtant reçu 31 534 euros de Gilead Sciences, mais la prudence l’a emporté.
Les 8 et 22 juillet, la commission de transparence de la HAS procède à une évaluation en vue d’un remboursement du VEKLURY® (nom commercial du Remdesivir). Son projet d’avis, transmis à Gilead, est tellement négatif que la firme retire le 31 août sa demande de remboursement. Elle se garde de transmettre des données qui auraient permis à la commission économique et de santé publique (CEESP) d’« évaluer son efficience dans l’indication revendiquée », précise la HAS. Donc Gilead savait en juillet-août que son Remdésivir ne valait pas un remboursement ou, plus trivialement, pas un clou.
Le 4 septembre 2020, l’OMS emboîte le pas et retire le Remdesivir de ses recommandations.

La fabuleuse arnaque d’Ursula !

Le 8 octobre 2020, la Commission européenne signe un contrat avec le laboratoire Gilead pour 500 000 doses de Remdesivir. À 2 000 euros la dose intraveineuse, cela fait 1,035 milliard d’euros au total ! Pour la présidente Ursula von der Leyen, ce ne sera qu’une casserole de plus. Pour le budget de l’Europe un milliard d’euros en moins.

Le 9 octobre 2020, voyez quel fâcheux contre-temps ! l’Union européenne est informée des résultats négatifs d’une étude de l’OMS — que connaissait Gilead — réalisée dans 405 hôpitaux et 30 pays sur plus de 11 000 malades du covid-19. Cette étude, rendue publique le 15 octobre 2020, conclut que « l’hypothèse que le Remdesivir peut empêcher une fraction substantielle des décès est absolument exclue ».
Le 21 octobre 2020, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon liquide les stocks de VEKLURY® en les distribuant « gratuitement » aux établissements de santé. Il ne sert à rien mais c’est gratuit !
Le 23 octobre 2020, la Haute Autorité de Santé conclut à une efficacité « faible à insuffisante ». Mieux vaut tard que jamais. L’essentiel étant d’avoir pu écouler les stocks.
Le 20 novembre 2020, l’OMS finit par officiellement déconseiller « l’administration de Remdesivir aux patients hospitalisés, quelle que soit la gravité de leurs symptômes, dans la mesure où rien ne prouve à ce jour que le Remdesivir améliore pour ces patients les chances de survie et les autres résultats sanitaires. »
Le 3 décembre 2020, le Haut Conseil de la santé publique, traînant les pieds, suit l’OMS et invite à « ne pas prescrire le Remdesivir ».

Gilead multirécidiviste à 97 millions de dollars d’amendes

Côté États-Unis, Gilead cumule 97 millions de dollars d’amende pour escroquerie, pots-de-vin et corruption.

Le 30 novembre 2020Véronique Jorion, députée européenne RN, pose en vain ces questions (restées sans réponse) :

1. Sachant que l’OMS a indiqué qu’elle avait informé Gilead de ces résultats négatifs le 23 septembre  2020, avant la signature du contrat, quelle procédure a été engagée par la Commission pour dénoncer le contrat et poursuivre devant les tribunaux la société Gilead ?

2. Quelle autorité scientifique et quels experts ont identifié et confirmé le besoin de cette immense commande alors que l’OMS a retiré le Remdesivir le 4 septembre 2020 de ses recommandations et que les doutes sur l’efficacité de ce produit sont connus depuis février 2020 ?

Les affaires continuent

L’accumulation de preuves d’inefficacité du Veklury® (Remdesivir) n’a pas fait flancher les affaires de Gilead  : en 2021, les ventes ont doublé par rapport à 2020 et le bénéfice net s’est envolé à 6,2 milliards de dollars. En 2022, la Commission européenne a délivré au Remdesivir une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) complète (finie l’autorisation provisoire). En France, depuis le  4 août, le Remdesivir est inscrit sur la liste des spécialités agréées à l’usage des collectivités. Si le médicament est inefficace, en revanche le lobby de Gilead est très efficace (il a dépensé 3,92 millions de dollars en 2022). Il arrose les partis politiques américains. En France, il s’est montré généreux avec des médecins de plateau, dont Karine Lacombe et le Dr François Raffi (52 000 €), l’ennemi juré du Pr Raoult. Les partis politiques français restent discrets. On ne sait donc pas qui a touché quoi. On suppute, on s’interroge, on devine un peu.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

LCI a utilisé des images du jeu vidéo Fallout pour illustrer des missiles nucléaires russes

Macron insulte l’intelligence des Africains en affirmant que les puissances multipolaires les manipulent