Mathieu Kassovitz allume Castex et Macron : « Ces gens-là sont des ordures »


Mercredi 16 décembre 2020, le réalisateur et acteur Mathieu Kassovitz se retrouve devant le jury des Grandes Gueules – un titre très surévalué – de RMC.

Il était invité pour commenter ou expliquer sa phrase sur les actitivités culturelles qu’il avait jugées « pas essentielles » dans une interview précédente et là, plaf, il lance un nouveau pavé dans la mare.

« Je pense que Macron n’est pas le diable, il n’est pas non plus un ange »

« J’aime pas Macron, j’aime pas le Premier ministre, j’aime pas du tout le Premier ministre. Ce sont des ordures, ces gens-là, ce sont des gens qui n’ont rien compris, qui n’ont aucune empathie, qui ne font jamais évoluer la société.

S’ils ne se font pas virer et remplacer par des gens qui ont une humanité en eux, on va aller nulle part. J’ai aucun soutien à ce gouvernement, je suis très fâché contre tous les gouvernements en général, celui-là aussi.Sauf que, sauf que je vous rappelle juste que dans cette pandémie, je suis juste content parce que s’ils avaient ouvert les cinémas, s’ils avaient ouvert les restaurants, pour que l’économie aille mieux, pour qu’on vote pour eux, pour qu’on soit heureux, pour qu’on dise “ouah ils ont été super ils nous laissent sortir le soir”, et que mon père meurt, bordel de merde, je leur en voudrais. Et ce serait la même chose pour vous ! Donc, heureusement qu’ils ont fait fermer, qu’ils ferment les choses.

C’est difficile pour nous tous, on est tous démoralisés, on a tous envie de sortir, on a tous envie de faire la fête, on ne peut pas, mais c’est pas à cause de Macron, c’est pas à cause de Castaner, c’est à cause de la façon dont nous on a accepté de gérer ce monde depuis les dernières 30 années. Depuis que j’ai 20 ans on me dit que le monde va mourir, ça fait 30 ans qu’on nous dit ça et on est en plein dedans ! »


Le président brésilien accuse le vaccin Pfizer de transformer les personnes vaccinées en « femmes à barbe » ou en « crocodiles »

Le Pr Perronne démis de ses fonctions par Martin Hirsch : « Je suis un médecin, je me bats pour les malades »