Medvedev : la défaite de la Russie en Ukraine pourrait conduire à une guerre nucléaire

- L'ancien président russe affirme que "la défaite d'une puissance nucléaire dans une guerre conventionnelle peut provoquer le déclenchement d'une guerre nucléaire"

Dmitri Medvedev, vice-président du Conseil de sécurité russe, a évoqué, jeudi, le risque de déclenchement d’une guerre nucléaire en cas de défaite de la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine.

Commentant la prochaine réunion des responsables occidentaux et ukrainiens, qui se tiendra à la base militaire de Rammstein en Allemagne, l’ancien président russe a déclaré s’attendre à ce qu’ils discutent de nouvelles livraisons d’armes lourdes et de dispositifs de combat.

« Et cela juste après le forum de Davos, où des partis politiques sous-développés ont rabâché tel un mantra : « Pour obtenir la paix, la Russie doit perdre » », a-t-il écrit sur Telegram.

Il a ajouté que personne n’a pensé à tirer une « conclusion élémentaire » à savoir que « la défaite d’une puissance nucléaire dans une guerre conventionnelle peut provoquer le déclenchement d’une guerre nucléaire. »

« Les puissances nucléaires n’ont pas perdu les conflits majeurs dont dépend leur destin. Et cela devrait être évident pour tout le monde », a-t-il déclaré.

En décembre dernier, le président Vladimir Poutine a déclaré que la doctrine militaire russe n’autorisait que l’utilisation défensive des armes nucléaires, en réponse à une attaque extérieure.

Medvedev, connu pour ses déclarations tonitruantes et belliqueuses, avait auparavant affirmé que Moscou pourrait recourir aux armes nucléaires pour se défendre.

Les dernières déclarations de Dmitri Medvedev interviennent un jour après que Vladimir Poutine, lors de la visite d’une usine de production de systèmes de défense antiaérienne à Saint-Pétersbourg, a déclaré que son pays sortirait vainqueur de la guerre en Ukraine grâce à son puissant complexe militaro-industriel, affirmant que l’industrie de la défense fabrique autant de missiles que le reste du monde réuni.

Sourceaa