Rares sont les archevêques de France à faire publiquement ce genre de déclaration. Au lendemain de l’attentat au couteau à Nice et après l’assassinat du professeur Samuel Paty, Monseigneur Robert Le Gall s’est dit contre la liberté de blasphémer les religions en France. L’archevêque de Toulouse s’oppose à la diffusion de caricatures religieuses comme celles du prophète Mahomet, ayant entraîné l’assassinat du professeur dans les Yvelines.

« On ne se moque pas impunément des religions, vous voyez le résultat que ça donne »

Pour Mgr Le Gall, montrer à des enfants notamment des caricatures de Mahomet, c’est jeter « de l’huile sur le feu », et il ajoute :

« On ne peut pas se permettre de se moquer des religions ». L’archevêque défend « la liberté d’être ensemble, de parler ensemble, la liberté d’être des frères ensemble, mais pas de s’invectiver ». »

[…]

Un doctorant en droit public à Toulouse réagit

Suite aux propos de l’archevêque de Toulouse, Pierre Juston, doctorant en droit public à Toulouse et spécialiste des questions de laïcité a vivement réagi à cette intervention sur France Bleu Occitanie :

« Qu’il soit, en tant que responsable catholique, très touché par l’attentat de Nice, cela est compréhensible, mais l’instrumentalisation de cet acte terrible pour l’agenda d’une partie du cléricalisme catholique est absolument indécent. Ce qu’il dit est extrêmement grave lorsqu’il estime que les caricatures seraient contre les musulmans et la foi chrétienne aussi. Les caricatures de Charlie Hebdo ne sont pas contre les musulmans, les chrétiens ou les juifs, mais contre les fanatiques de ces religions.
[…] Non Monsieur Le Gall, nous ne céderons pas aux chantages, aux menaces, aux violences, aux attentats aux conséquences qui ne sont que le résultat du fanatisme religieux et non de la jouissance de leurs libertés par des citoyens dans un État de droit. Il dit exactement le contraire que ce que nous pouvons enseigner dans les écoles sur la laïcité. »

Lire l’article entier sur francebleu.fr